dimanche 18 août 2019
Accueil / L'actualité Auvergne Rhône-Alpes / Le sapin de Noël à la mémoire de Maëlys incendié
Illustration (AV/L'Essor).

Le sapin de Noël à la mémoire de Maëlys incendié

La bêtise et la méchanceté n’ont pas de limites. Un sapin de Noël et des peluches, installés par la famille de Maëlys à Pont-de-Beauvoisin (Isère), où la fillette a disparu fin août, ont été volontairement incendiés dans la nuit de dimanche à lundi, a-t-on appris auprès de la gendarmerie.

“Ces dégradations sont lamentables, la famille est choquée et a symboliquement porté plainte lundi”, a précisé à l’AFP la gendarmerie de cette commune, confirmant une information de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes.


Un sapin orné de décorations et plusieurs peluches avaient été installés en hommage à Maëlys par sa tante et des proches, devant la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin, là-même où la petite fille âgé de 9 ans à peine a disparu le 27 août lors d’une soirée de mariage. Le corps de l’enfant n’a toujours pas
été retrouvé.
Sur son compte Facebook, la mère de la fillette a exprimé sa colère :
“Voilà, une fois de plus, la bêtise humaine (…) Brûler le sapin de Maëlys le jour de Noël”, a-t-elle écrit lundi en publiant une photo des restes calcinés.

Une marche blanche mercredi

Les bénévoles qui se mobilisent depuis fin août ont installé un nouveau sapin de Noël, indique France 3, accompagné d’une banderole sur laquelle on peut lire “La vérité pour Maëlys”.
Beaucoup participeront à une marche blanche organisée mercredi après-midi par les parents de Maëlys à Pont-de-Beauvoisin, quatre mois après sa disparition.
Le 30 novembre, Nordahl Lelandais a été mis en examen à Grenoble pour l’enlèvement et le meurtre de Maëlys. Des faits qu’il continue de nier.
Cet ancien maître-chien de 34 ans est par ailleurs soupçonné d’avoir assassiné en Savoie un jeune militaire, le caporal Arthur Noyer. Une nouvelle accusation qui va conduire les enquêteurs à rouvrir les dossiers de disparitions non élucidées dans la région.
AFP

A voir également

Edgard Dival, au travail à l'atelier de pâtes de fruits (Crédit photo:GT/L'Essor).

[Série d’été] L’insolite reconversion d’Edgard Dival à l’abbaye de la Trappe

Edgard Dival, un gendarme de 50 ans, s'est reconvertit dans la fabrication de pâtes de fruits pour les moines de l'abbaye de la Trappe, dans l'Orne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *