vendredi 4 décembre 2020
Accueil / L'actualité Auvergne Rhône-Alpes / Sainte-Geneviève célébrée en Rhône-Alpes avec le nouvel évêque aux armées
Stéphane Bouillon, préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes et le général de corps d’armée Christian Dupouy quittent l’église de Sathonay-Camp pour saluer les porte-drapeaux. Derrière eux, Monseigneur de Romanet, nouvel évêque aux armées, dont c’était l’une des premières cérémonies en gendarmerie (Photo/ Mairie de Sathonay-Camp).
Stéphane Bouillon, préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes et le général de corps d’armée Christian Dupouy quittent l’église de Sathonay-Camp pour saluer les porte-drapeaux. Derrière eux, Monseigneur de Romanet, nouvel évêque aux armées, dont c’était l’une des premières cérémonies en gendarmerie (Photo/ Mairie de Sathonay-Camp).

Sainte-Geneviève célébrée en Rhône-Alpes avec le nouvel évêque aux armées

La foule des grands jours se pressait vendredi dernier dans l’église de Sathonay-Camp (Rhône) pour la Sainte-Geneviève Rhône-Alpes, concélébrée par Mgr de Romanet, le père Sébastien Gueguen, curé de la paroisse et le père Henry, le Padré des gendarmes.

La messe a été concélébrée par l’évêque aux armées, le Padré des gendarmes (Photo/Mairie de Sathonay-Camp).

Ensuite, lors de la réception dans la salle de convivialité de Sathonay, devant le préfet de région, les élus, les représentants des institutions, des administrations et des associations, parlant aussi au nom des colonels Thibaut Lagrange  et Christophe Rayneau, commandant respectivement le GGD 69 et le GGM I/5, et du lieutenant-colonel (ITA) Hervé Petry de la section de recherches de Lyon, le général de corps d’armée Christian Dupouy, commandant la région Auvergne-Rhône-Alpes a réservé ses premières pensées “à celles et ceux qui sont tombés ou ont été gravement blessés en service, sans oublier ceux qui, dans nos rangs, ont fait le choix terrible de s’ôter la vie. Plus légèrement, mes pensées vont ensuite vers nos retraités et veuves de la gendarmerie qui font preuve d’une sincère et notable fidélité”.

Il a ensuite exprimé “le grand honneur pour les militaires et les personnels civils de la gendarmerie de Rhône-Alpes de bénéficier de l’une des toutes premières cérémonies en gendarmerie de notre nouvel évêque aux Armées”.

L’exemple d’une femme

Ayant évoqué “l’exemple d’une femme, Geneviève, qui sut s’opposer à l’envahisseur barbare et s’engager physiquement dans la sécurité de ses compatriotes”, l’officier général a noté que l’intégration au sein du ministère de l’Intérieur, “qui n’allait pas de soi en 2009, a confirmé, que l’édifice de sécurité intérieure est bien bâti sur deux forces de souveraineté, toutes deux garantes de la démocratie et de la liberté des institutions, comme des individus.

Il revient à la gendarmerie de s’adapter en permanence, elle l’a toujours fait, de procéder aux ajustements et aménagements indispensables, mais aussi de développer les synergies avec les autres forces. Nous continuerons demain, grâce à notre statut militaire, à couvrir tout le spectre des crises, de l’intervention de la brigade sur un différend familial jusqu’à l’engagement de haute intensité aux côtés des armées sur les théâtres d’opérations extérieures.

Un effort conséquent a été porté au cours des douze derniers mois en Rhône-Alpes sur la lutte contre les atteintes aux biens (vols, cambriolages,…) qui ont reculé (après plusieurs années de hausse).

Ces résultats dans le cadre de la lutte contre la délinquance sont l’œuvre du dévouement et de la pugnacité des gendarmes de vos brigades. Dans un temps où l’action est conditionnée par un effectif compté, ce travail s’est traduit par un engagement de tous les instants, au cours de longues journées de labeur. Ces sacrifices du quotidien ne visent qu’un seul objectif, celui de votre sécurité, de votre tranquillité”.

A propos des violences faites aux femmes : “elles apparaissent en légère augmentation et sont traitées avec sérieux”.

Pro.xi.mi.té

Le commandant de la région de gendarmerie a désigné avec ironie  “ces délinquants, qui agissent de manière organisée et ciblée, qui sont particulièrement mobiles, itinérants et n’hésitent plus à sortir des axes majeurs de nos départements pour rempailler nos chaises ou améliorer sur le tas leur connaissance du français. Nous devons anticiper leur action et les dissuader d’agir. Sur le terrain les militaires des Psig, leurs camarades des unités territoriales et des escadrons, surveillent, patrouillent, contrôlent régulièrement nos communes au beau milieu de nuit, à l’heure où blanchit la campagne…

Enfin, cette célébration est l’occasion de réaffirmer avec force notre identité militaire qui fait de notre institution un exemple de détermination, de courage et d’engagement au service des Français, sous le signe de la proximité, de la réactivité et de l’efficacité. La Gendarmerie est dans son siècle, elle vit dans le siècle et va continuer de cultiver sa relation de proximité qui la caractérise si bien aux yeux du monde”.

Dans le cadre de cette proximité, les relations avec les élus  mais aussi “avec les institutions voisines qui font un travail similaire au nôtre doivent être intensifiées.

Quand l’insécurité gagne du terrain la liberté recule, quand la liberté recule la fraternité vacille, quand la fraternité vacille l’égalité se décompose. Tout est lié ! Notre démocratie ne peut vivre sous la pression du plus fort, du plus pervers, du quotient intellectuel le plus incertain… ” a conclu le général Dupouy.

Les mobiles fortement sollicités

Pour ce qui est de la gendarmerie mobile, les groupements I/5 et II/5  et leurs 14 escadrons ont une nouvelle fois été fortement sollicités.

Ils totalisent sur les 10 premiers mois de l’année plus de 150 jours de déplacement et plus de 170 jours d’emploi en moyenne. L’outre-mer, dans un contexte de violence exacerbée, dévore la ressource disponible.

Les unités ont séjourné en Guadeloupe, à Saint-Martin, en Guyane, à la Réunion, en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie. Le groupement I/5 de gendarmerie mobile de Sathonay-Camp est actuellement déplacé à Mayotte dans des conditions d’engagement très difficiles.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.