jeudi 24 septembre 2020
Accueil / L'actualité Auvergne Rhône-Alpes / Disparition de Maëlys : un deuxième homme placé en garde à vue vendredi matin
La caserne de gendarmerie de Pont-de-Beauvoisin (Isère). Photo d'illustration (A.V/L'Essor).
La caserne de gendarmerie de Pont-de-Beauvoisin (Isère). (Photo A.V/L'Essor).

Disparition de Maëlys : un deuxième homme placé en garde à vue vendredi matin

Un deuxième homme, âgé de 34 ans, a été placé en garde à vue vendredi matin dans l’enquête sur la disparition de Maëlys, 9 ans, recherchée depuis six jours en Isère où elle participait à un mariage, selon une source proche du dossier. “La garde à vue vise à vérifier des déclarations qui comportent des contradictions“, a déclaré cette source.

La garde à vue du premier homme interpellé jeudi, et invité sur le tard au mariage, a été prolongée de 24 heures, vendredi matin.

Selon une source proche du dossier, cet homme également âgé de 34 ans et connu pour des infractions de droit commun touchant notamment aux stupéfiants, est une connaissance du marié et du père de la fillette, arrivé sur le tard à
la fête.

La petite Maëlys, aperçue pour la dernière fois dimanche vers 03H00 du matin dans la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin où se déroulait le  mariage, demeure introuvable en dépit d’importantes recherches.

La salle des fêtes est située au bout de la ligne droite, à gauche, dans le virage de la route principale qui relie les départements de l’Ain et de la Savoie. Cette photo montre qu’elle est située à la sortie de la ville et qu’elle est entourée d’une nature dense et difficile d’accès. Photo d'illustration (A.V/L'Essor).
La salle des fêtes est située au bout de la ligne droite, à gauche, dans le virage de la route principale qui relie les départements de l’Ain et de la Savoie. Cette photo montre qu’elle est située à la sortie de la ville et qu’elle est entourée d’une nature dense et difficile d’accès. Photo d’illustration (A.V/L’Essor).

Les auditions menées par les gendarmes ont été très nombreuses, quelque 250 personnes ayant participé au mariage et à deux fêtes voisines le soir de la disparition, dans une salle paroissiale et un bar de la commune.

Vendredi, les recherches ont repris “avec un dispositif allégé et sur un périmètre élargi“, selon le commandant de la compagnie de La-Tour-du-Pin, Jean Pertué.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *