mardi 1 décembre 2020
Accueil / L'actualité Auvergne Rhône-Alpes / La caserne de Meylan près de Grenoble visée par un incendie criminel
La gendarmerie de Meylan (Capture d'écran/Google Street View).

La caserne de Meylan près de Grenoble visée par un incendie criminel

Version actualisée

La gendarmerie de l’Isère a été l’objet d’un nouvel incendie ce jeudi matin.  “Deux départs de feu ont été clairement identifiés et la piste criminelle est évidente, bien qu’il n’y ait pour l’instant aucune revendication“, souligne-t-on de source proche de l’enquête. Il s’agit du deuxième incendie criminel en cinq semaines dans des locaux de gendarmerie en Isère.

Mais cette fois, ce n’est pas la caserne Offner de Grenoble, qui a abrite le groupement de l’Isère, l’escadron, et la section de recherches Grenoble, mais le quartier de Meylan, en banlieue immédiate de la capitale de l’Isère, qui accueille la compagnie de Meylan et les familles.

Le sinistre s’est déclaré peu avant 4 heures ce jeudi matin dans l’enceinte de la brigade de gendarmerie de Meylan, située allée des Frênes.

Les flammes se sont propagées et ont légèrement endommagé la façade de bâtiments voisins dans lesquels sont logés les militaires et leurs familles qui ont pu évacuer les lieux rapidement. Aucun blessé n’est à déplorer.

Des gendarmes ont commencé à tenter de maîtriser le sinistre en attendant l’arrivée des sapeurs-pompiers qui ont pu l’éteindre rapidement. “Cet acte visait non pas les locaux et bureaux de la gendarmerie mais bien les véhicules privés et les familles” a déploré au Dauphiné  le colonel Yves Marzin, commandant le groupement de gendarmerie de l’Isère.

Rappelons qu’un attentat par incendie a été commis e le 21 septembre dernier au sein de la caserne Offner à Grenoble et revendiqué le jour-même par des activistes de la mouvance anticapitaliste et libertaire. Plusieurs dizaines de véhicules de la gendarmerie et un hangar de 3 000 mètres carrés abritant notamment le plateau technique d’identification criminelle de la gendarmerie étaient alors partis en fumée.

Un incendie a également eu lieu à Limoges quelques jours avant.

Avec AFP

La réaction du ministre de l’Intérieur 

Cette nuit vers 3 heures 45, quatre véhicules privés, dont un stationné sous les logements des familles de la caserne de gendarmerie de Meylan dans l’Isère, ont été volontairement incendiés. Le feu qui s’est propagé au bâtiment a nécessité d’évacuer neuf familles de gendarmes. Si aucun blessé n’est à déplorer, il apparaît clairement que cet incendie dans l’enceinte de la caserne est d’origine criminelle.

Le parquet a confié la direction de l’enquête à la Section de recherches de la Gendarmerie de Grenoble. Cette enquête permettra d’établir précisément les faits, de poursuivre et de confondre les auteurs.

Il s’agit du deuxième incendie criminel en cinq semaines ciblant des locaux de gendarmerie en Isère. En effet, le 21 septembre dernier, le garage de la caserne du groupement de gendarmerie de l’Isère à Grenoble et des locaux techniques, avaient été visés par un incendie revendiqué par la mouvance ultra gauche. Gérard Collomb condamne avec la plus grande fermeté cet acte criminel qui aurait pu avoir des conséquences humaines dramatiques.

Il témoigne aux gendarmes de l’Isère et à leurs familles tout son soutien et sa considération pour le travail exceptionnel qu’ils effectuent au quotidien. Tous les moyens sont mobilisés pour que les auteurs de ces actes aient à en répondre devant la Justice.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.