mardi 4 août 2020
Accueil / L'actualité Auvergne Rhône-Alpes / Affaire Maëlys : les gendarmes ont retrouvé la “quasi-totalité” des restes de la fillette
La commune de Saint-Franc en Savoie, très étendue, est située sur les contreforts du massif de la Chartreuse, non loin de Pont-de-Beauvoisin. (Photo/A.V. /L'Essor).

Affaire Maëlys : les gendarmes ont retrouvé la “quasi-totalité” des restes de la fillette

Les gendarmes ont retrouvé la “quasi-totalité” des restes de Maëlys ce jeudi au cours des recherches engagées sur les indications du principal suspect, Nordahl Lelandais. C’est le  procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat qui l’a annoncé.

La quasi-totalité du squelette, ainsi que les vêtements et une chaussure” ont été retrouvés à l’endroit où, la veille, le crâne et un os de la petite fille disparue depuis la fin août avaient été découverts, a précisé le procureur, en ajoutant que les opérations de recherche étaient terminées dans l’immédiat.

Les gendarmes ont terminé les recherches

Aucun autre élément lié au crime n’a été trouvé dans ce secteur, a-t-il ajouté. Après six mois de silence, l’ex-militaire de 34 ans, acculé après la découverte de nouveaux indices, a fini par avouer mercredi avoir tué “involontairement” la fillette de 8 ans, disparue fin août lors d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin.

Selon le procureur, Nordahl Lelandais sera réentendu “prochainement” par les juges d’instruction. L’ancien maître-chien s’est refusé dans l’immédiat à s’exprimer sur les circonstances de la mort de la fillette.

Mercredi soir, l’avocat du suspect, Alain Jakubowicz, avait dit son “grand soulagement” de voir que son client disait désormais la vérité après s’être muré dans le silence depuis sa mise en examen. Lelandais, dont le profil psychologique continue à dérouter les enquêteurs, est également mis en examen depuis le 20 décembre pour l’assassinat d’Arthur Noyer en avril, toujours dans cette même région proche de Chambéry (Savoie).

Avec AFP

 Les félicitations de l’UNPRG aux enquêteurs

La minutie des actes d’enquête réalisés par les gendarmes ont obligé Nordahl Lelandais à reconnaître avoir tué Maëlys. Il a concrétisé ses aveux en amenant les enquêteurs sur les lieux ou il s’est débarrassé du corps de la victime.

Après six mois d’enquête poursuivie sans relâche, d’investigations très pointues et d’analyses de haute technicité, les gendarmes enquêteurs et plus singulièrement les techniciens en investigations criminelles, sont parvenus  à prélever une infime trace de sang dans le coffre du véhicule de Lelandais, qui se révélera être celui de la jeune Maëlys. Ce nouvel élément à charge, communiqué à Lelandais par son avocat, l’a fait sortir de son silence et il a alors demandé à être entendu pour donner sa version des faits quant à la mort de la fillette et relater la mise en scène qui a suivi pour faire disparaître le corps. Sur les lieux indiqués par Lelandais, les gendarmes ont découvert un crâne humain et un os long qui semblent être ceux du corps de la petite Maëlys. La poursuite des recherches a permis de retrouver d’autres parties de son corps. Les investigations à venir devront, notamment, s’orienter vers les circonstances exactes du décès de Maëlys, puisque Lelandais prétend qu’il s’agit d’un fait accidentel. Toujours est-il qu’à ce stade de l’enquête, il est important de signaler le haut niveau des investigations qui ont été menées par des gendarmes déterminés à faire aboutir la vérité, en mettant en œuvre les technicités les plus élaborées, capables d’apporter des preuves matérielles irréfutables, amenant le suspect à passer aux aveux. Aussi, le président national de l’UNPRG, Henri Martinez et les membres du conseil d’administration national, adressent leurs plus vives félicitations à l’ensemble des enquêteurs en charge de ce dossier important, en soulignant particulièrement la très haute compétence des techniciens en investigations criminelles de l’IRCGN à Pontoise. C’est toute la grande famille Gendarmerie qui est fière de ses gendarmes.

Paul Loeuillet, vice président national de l’UNPRG chargé de la communication

Maëlys : acculé par l’enquête des gendarmes, Lelandais craque

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. BELLENGERO

    BRAVO LES GENDARMES QUI ONT RESOLU CETTE ENQUETE PAS FACILE EN RAISON DE LA PERSONNALITE DE L AUTEUR ET DE LA PRESSION MEDIATIQUE COMME CELLE D’ALEXIA DE GRAY/ JE SUIS FIER
    DU TRAVAIL QUI A ETE EFFECTUE PAR DES HOMMES QUI PERPETUENT CETTE IMAGE POSITIVE DE
    L ARME A LAQUELLE J AI APPARTENU PENDANT 35 ANS/ FELICITATIONS LES GARS……..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *