dimanche 18 août 2019
Accueil / L'actualité Auvergne Rhône-Alpes / Il accuse un gendarme d’avoir imité sa signature : 12 mois de prison avec sursis
(Photo d'illustration S.D/L'Essor).

Il accuse un gendarme d’avoir imité sa signature : 12 mois de prison avec sursis

Qualifié de procédurier, un habitant de Solignac-sur-Loire en Haute-Loire, a été condamné par le tribunal correctionnel du Puy-en-Velay, à douze mois de prison avec sursis pour dénonciation calomnieuse à l’encontre d’un gendarme de la brigade de Costaros.

A la lecture du compte-rendu d’audience publié sur le site de L’Eveil de la Haute-Loire, on apprend que l’homme, âgé de 56 ans, était en procédure pour un conflit de voisinage. L’affaire se soldant par un non-lieu, il est convoqué à la gendarmerie pour lui signifier. Contestant avoir signé le document, il a accusé le gendarme d’avoir imité sa signature et a porté plainte contre lui en août 2016. Fort d’une analyse graphologique que le prévenu conteste aussi, le tribunal l’a donc condamné à douze mois de prison avec sursis. “L’homme s’est effondré en pleurs à la barre” en apprenant la sentence précise le journal.

A voir également

Devant la gendarmerie de Saint-Tropez (Photo S.D L'Essor).

Un gendarme de l’Oise décède dans un accident de la circulation

Le gendarme Sébastien Berger, 33 ans, père de deux enfants, du PSIG de Compiègne (Oise) a trouvé la mort dans une sortie de route alors qu'il se rendait en voiture sur une intervention dans l'Oise. Son passager, le  brigadier-chef Edgard Petit est blessé légèrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *