lundi 20 août 2018
Accueil / A la une / La Gendarmerie planche sur un renforcement des antennes GIGN
Le GIGN lors d'un exercice à Eurosatory (crédit photo: Eurosatory).
Le GIGN lors d'un exercice à Eurosatory (crédit photo: Eurosatory).

La Gendarmerie planche sur un renforcement des antennes GIGN

Equipements, recrutement, formation, autonomie : la direction de la Gendarmerie planche actuellement sur un renforcement des six antennes GIGN de métropole après l’attaque terroriste de Trèbes, selon les informations de L’Essor et celles du blog Secret Défense de L’Opinion.
Cette réflexion fait suite au retex (retour d’expérience) réalisé après le périple sanglant de Radouane Lakdim, le 23 mars dans l’Aude. Ce terroriste avait abattu un sexagénaire à Carcassonne avant de tuer trois autres personnes dans le supermarché de Trèbes : un employé, une client et Arnaud Beltrame, cet officier de gendarmerie qui avait pris la place d’une femme otage.

Lire aussi sur L’Essor : Le GIGN dévoile ses capacités à Eurosatory (vidéo)

Sans remettre en cause le Schéma national d’intervention des forces de sécurité, présenté au printemps 2016 par le ministre de l’Intérieur d’alors Bernard Cazeneuve, la Gendarmerie réfléchit à muscler les six antennes GIGN en métropole (Toulouse – intervenue à Trèbes -, Reims, Dijon, Orange, Nantes et Tours) (1).

Mais il ne s’agit pas de déshabiller Pierre pour habiller Paul, en renforçant les antennes GIGN au détriment du GIGN central, fort de 380 gendarmes et basé à Satory.

Le GIGN central garderait ses spécialités de pointe, comme le contre-terrorisme aérien ou maritime, les prises d’otages de masse, la doctrine d’intervention anti-terroriste, les transfèrements d’individus dangereux ou les grosses opérations contre les go-fast de drogue.

Les antennes GIGN – fortes actuellement d’une trentaine de gendarmes chacune – verraient leur recrutement être encore plus sélectif et leur entraînement encore plus poussé. Elles seraient également équipées de davantage de matériels. Les réflexions de la direction de la Gendarmerie portent également sur une autonomie plus grande des antennes GIGN qui travaillent actuellement sous le contrôle opérationnel du GIGN central.

Dans un tweet posté mardi en début de soirée, le commandant du GIGN, le colonel Laurent Phélip, souligne que le GIGN “a toujours su évoluer au sein de son environnement” et qu'”adaptation et réactivité sont l’essence même” de l’unité.

 

  • Il y a également sept antennes GIGN outre-mer : Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Polynésie

PMG

Lire aussi sur L’EssorL’antenne GIGN d’Orange: dix ans déjà! (Vidéo et diaporama) 

 

A voir également

Affaire Benalla : “Arrêtez le piston et les passe-droits” lance le secrétaire général de l’UNPRG

L’affaire Benalla continue de susciter des réactions au sein de l’Arme. Nous publions à la …

2 Commentaires

  1. Julien

    Privatisation de la mission de protection des centrales EDF, et les effectifs récupérés des pspg vont dans les antennes GIGN et psig sabres… Non ?

    • La rédaction

      Bonjour pas d’informations à ce sujet Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *