lundi 20 août 2018
Accueil / A la une / Info L’Essor : le drone survolant le fort de Brégançon a été “neutralisé” par la Garde républicaine avec un fusil brouilleur (actualisé)
Photo d’illustration Powie / Pixabay

Info L’Essor : le drone survolant le fort de Brégançon a été “neutralisé” par la Garde républicaine avec un fusil brouilleur (actualisé)

Alors que les recherches en mer pour le retrouver et l’examiner et éventuellement le “désarmer”  au cas où il transporterait de l’explosif comme celui utilisé au Vénézuela contre le président Maduro , les circonstances de sa “neutralisation” par brouillage des ondes sont mieux connues.

Selon nos informations, ce sont des gendarmes de la Garde républicaine actuellement en renfort autour du fort de Brégançon qui ont “abattu”  le drone au moyen d’un fusil brouilleur de drone.

Lire aussi sur L’EssorSurvol du fort de Brégançon par un drone : la Gendarmerie en première ligne

Ces gendarmes appartiennent à la compagnie de sécurité de la présidence de la République qui a dans ses missions la protection des palais nationaux et la résidence de Brégançon lorsque le chef de l’état y réside. Selon nos informations, c’est le peloton d’intervention qui a procédé à la “neutralisation” du drone.

Outre la garde républicaine, la gendarmerie des transports aériens  est équipée de brouilleurs de drones. L’armée de l’air aussi acquis des matériels mais teste aussi les aigles!

Le drone avait été repéré en vol lundi à proximité du fort où le président et son épouse Brigitte sont en vacances depuis vendredi dernier est tombé à l’eau. Les recherches conduites mardi par la Gendarmerie maritime et la gendarmerie du Var ainsi que les plongeurs démineurs de la Marine Nationale à 200 mètres du fort sont restées vaines.

Lire aussi sur L’EssorLa Gendarmerie en première ligne pour la surveillance des drones civils

Elles devaient reprendre ce mercredi.

Le président sur l’île du Levant

Une enquête a été ouverte pour “survol avec aéronef sans pilote d’une zone interdite” et confiée à la Brigade de recherches de gendarmerie de Hyères (Var) et au groupement sud de la gendarmerie des transports aériens (GTA).

Cette intrusion n’a pas empêché le président de la République et chef des armées de se rendre, mardi,  en toute discrétion sur l’île du Levant qui se trouve à proximité et qui accueille dans sa partie militaire un centre d’essais de missiles de la direction générale de l’armement (DGA). Le président s’ est rendu à bord d’embarcations “banalisées”  de la Marine Nationale et sous la protection de gendarmes.

Aucun détail sur cette escapade n’a filtré.

 

 

A voir également

Affaire Benalla : “Arrêtez le piston et les passe-droits” lance le secrétaire général de l’UNPRG

L’affaire Benalla continue de susciter des réactions au sein de l’Arme. Nous publions à la …

2 Commentaires

  1. Ubersfeld sylvain

    tout cela pour dire quoi? la vraie nouvel!e c’est quoi?

    • La rédaction

      Le fait que la Garde a des brouilleurs de drone est une information

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *