jeudi 12 décembre 2019
Accueil / Historique et positionnement de l’Essor de la Gendarmerie

Historique et positionnement de l’Essor de la Gendarmerie

Si le titre l’Essor de la Gendarmerie Nationale existe, en tant que tel, depuis 1969, ses racines remontent à 1936, c‘est-à-dire à la Voix de la Gendarmerie et de la Garde, publication créée par Jean Cousteix, également l’un des fondateur de l’UNPRG, Union nationale des Personnels retraités de la Gendarmerie.

L’Essor et l’UNPRG, après le décès de Jean Cousteix (en 1967) et l’intérim de son fils Guy, furent liés par une convention, qui a été dénoncée unilatéralement par l’UNPRG à la date du 10 juin 2019.

Publication indépendante, l’Essor, titre devenu multi supports, s’adresse à tous les personnels de l’Arme. Soit 130 000 personnes, actifs et réservistes, auxquelles s’ajoutent les retraités, et tous les amis des gendarmes.

Historiquement, il joue un rôle de communication essentiel auprès des interlocuteurs de la gendarmerie, élus locaux et édiles territoriaux.

Moyen d’expression historique des sous-officiers, il s’est rapidement imposé comme le moyen le plus libre et le plus fiable pour faire remonter au sommet de la Direction Générale de la Gendarmerie – voire de l‘Etat – l’humeur de la base des gendarmes.

Le journal a donc pour mission, non seulement d’informer, mais aussi d’accompagner et de représenter tous les personnels de la gendarmerie. D’en être la voix.

Aujourd’hui comme hier, la mission de l’Essor c’est :

– permettre l’expression libre de tous les gendarmes, actifs compris, nonobstant leur devoir de réserve ; rendre compte de leurs souhaits et revendications. Que celles-ci soient d’ordre matériel ou moral.

– suivre l’actualité gendarmique. Et souvent la créer, par la publication de dossiers inédits, qu’il est inimaginable de trouver ailleurs : sur le moral des troupes de l’Arme, l’opinion relative des Français à l‘égard de la gendarmerie et de la police, les conditions de casernement des gendarmes…

– une partie d’informations pratiques concernant plus spécifiquement les personnels retraités. C’est ainsi que le service juridique de l’Essor conseille et accompagne ses abonnés pour les actions contentieuses qu’ils sont amenés à engager parfois, pour faire reconnaitre leurs droits à revalorisation de leurs pensions.

En juin 2012, le titre est racheté par une société dirigée par Alain Dumait.

Celui-ci, né en 1944, après une carrière de journaliste économique et financier  (Valeurs Actuelles, France-Soir, le Figaro, Antenne 2, l’Express) est devenu éditeur de presse.

Il est à ce titre le fondateur de titres comme la Lettre A, les 4 Vérités-Hebdo, ainsi que le groupe de publications Santé Port-Royal. Il a aussi été conseiller de Paris, maire du 2ème arrondissement de Paris et juge au Tribunal de Commerce de Paris

L’Essor de la Gendarmerie