lundi 23 juillet 2018
Accueil / L'actualité Centre-Val de Loire / Eure-et-Loir : un forcené tire sur les gendarmes qui ripostent et l’abattent
(Photo/DC/L'Essor).

Eure-et-Loir : un forcené tire sur les gendarmes qui ripostent et l’abattent

Un homme âgé de 50 ans a été tué par les gendarmes du Psig de Châteaudun dans la nuit du samedi 10 au dimanche 11 février à Bazoches-en-Dunois dans l’Eure-et-Loir. Le forcené, armé de deux fusils, avait tiré dans leur direction, blessant l’un d’entre eux. Le militaire touché malgré son gilet pare-balles a été évacué à l’hôpital de Percy à Paris. Ses jours ne sont pas en danger.

Les faits se sont déroulés vers 1 heure du matin dans la commune du domicile du forcené. Une dispute aurait eu lieu avec une femme habitant également la commune et avec laquelle il aurait une liaison. C’est elle qui a prévenu les gendarmes en précisant qu’il avait quitté les lieux en menaçant de se suicider.

Après l’avoir cherché, les militaires ont localisé l’individu à son domicile. Une vingtaine de gendarmes sont sur place ainsi que le procureur. Le GIGN est appelé en renfort mais il n’aura pas le temps d’arriver. Les tentatives pour raisonner l’homme sont vaines. Armé de deux fusils et dissimulant un couteau, il tire et atteint un gendarme à l’abdomen. Les gendarmes ont répliqué en tirant à leur tour le blessant grièvement. Le médecin a constaté le décès du forcené à 3h45.

L’enquête a été confiée à la section de recherches d’Orléans. L’inspection générale de la Gendarmerie nationale (IGGN) a été saisie sur les conditions d’utilisation des armes par les gendarmes. A priori, l’usage a été conforme à la réglementation a précisé le procureur sur le site du journal L’Echo républicain.

A voir également

Une femme séropositive ayant griffé un gendarme condamnée

Une femme se disant séropositive ayant griffé un gendarme a été condamné à quatre mois …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *