lundi 20 août 2018
Accueil / A la une / Emmanuel Macron a rendu hommage aux gendarmes et militaires tués à Fayaoué (vidéo)
Capture d’’écran France TV

Emmanuel Macron a rendu hommage aux gendarmes et militaires tués à Fayaoué (vidéo)

Comme annoncé en visite en Nouvelle-Calédonie, le président Emmanuel Macron s’est rendu à Fayaoué afin de rendre hommage aux quatre gendarmes et aux deux soldats de l’armée de terre tués lors de l’attaque de la brigade le 22 avril 1988.

Il a déposé une gerbe et s’est recueilli devant la stèle.  La sonnerie aux morts a retenti, suivie de la Marseillaise et de l’hymne calédonien entonnés par des enfants rapporte la télévision Nouvelle Calédonie 1 ère

Lire aussi sur L’EssorMacron à Ouvéa le 5 mai pour un hommage aux gendarmes et aux militants kanaks tués en 1988

Nul doute que ce geste a été apprécié des gendarmes.

 

 

Il n’a en revanche pas déposé de gerbe à Hwadrilla sur la tombe des 19 militants kanak tués lors de l’opération Victor le 5 mai 1988  mais, trente ans après, jour pour jour il a été chaleureusement accueilli et remercié par la population selon les médias locaux qui suivent en direct la visite présidentielle.

Dés son arrivée sur place, précise la chaîne de télévision, Emmanuel Macron a pris la parole, entouré des chefs coutumiers de l’île, pour préciser que le programme de sa visite était inchangé, mais que, dans la mesure ou certaines familles des 19 victimes Kanak ne souhaitaient pas sa présence pour ce 30ème anniversaire, il ne déposerait pas de couronne sur la stèle des 19.


Un collectif d’habitants de Gossanah, tribu où se trouve la grotte, s’oppose  depuis mi-avril à la venue du président Macron, qualifiée de “provocation”.

Lire aussi sur L’Essor30 ème anniversaire des tragédies de Fayaoué et Ouvéa : émouvant hommage des anciens de l’escadron d’Antibes au major Georges Moulié

Sous les applaudissements et dans une bonne ambiance le président a planté un cocotier, symbole de vie dans la culture kanak. Il avait à ses côtés un des fils d’Alphonse Dianou, chef du commando FLNKS qui attaqua, le 22 avril 1988, la brigade de Fayaoué et fut tué lors de l’assaut le 5 mai.

Emmanuel Macron qui a rencontré, à huis clos les familles qui souhaitaient le voir est  le premier chef d’Etat à se rendre à Ouvéa depuis la tragédie.

 

A voir également

Photo d'illustration de la Caserne Jourdan de Limoges (Crédit photo : capture Twitter FR3 régions)

Limoges : nouvel incendie suspect aux abords de la caserne de Gendarmerie

Dans la nuit du 15 au 16 août 2018, un incendie d’origine inconnue a détruit …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *