jeudi 12 décembre 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 503 : Consensus présidentiel pour la gendarmerie

Edito du numéro 503 : Consensus présidentiel pour la gendarmerie

Oui au statut militaire, à l’accroissement des effectifs et à une implication plus forte dans le renseignement. A deux mois du scrutin, les six principaux candidats à la présidentielle sont d’accord – à quelques nuances près – sur la place de la Gendarmerie pour les prochaines années.

Une bonne nouvelle pour l’Arme, dont le positionnement et le rôle au sein des forces de sécurité n’ont pas toujours suscité l’unanimité. Une bonne nouvelle également pour les 125  000 gendarmes d’active et de réserve dont le travail quotidien est ainsi reconnu.

«  L’Essor  » a posé trois questions identiques à François Fillon, Benoît Hamon, Yannick Jadot, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon.

Les candidats ont tous répondu, certains montrant un fort intérêt pour la Gendarmerie.

Leurs réponses révèlent trois tendances fortes.

Le statut militaire de la Gendarmerie et l’existence de deux forces de sécurité, l’une à statut civil et l’autre à statut militaire, ne font donc plus débat.

De même, l’augmentation des effectifs de la Gendarmerie, après les baisses drastiques du quinquennat Sarkozy, fait l’unanimité chez les six candidats.

Enfin, l’intégration de la Gendarmerie au sein de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) est souhaitée, mais selon des modalités différentes suivant les candidats.

Il restera au prochain locataire de l’Elysée à confirmer dans les actes ce consensus.

Pierre-Marie Giraud, rédacteur en chef 

A voir également

27 escadrons à Paris pour la manifestation de ce 10 décembre contre la réforme des retraites

Selon nos informations, près de 47 unités de forces mobiles seront déployées pour la manifestation du 10 décembre dans la capitale.