mercredi 11 décembre 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 502 : Donner d’une main, et reprendre de l’autre

Edito du numéro 502 : Donner d’une main, et reprendre de l’autre

En cours dans la Gendarmerie, la transposition de la directive «  temps de travail  » de la Commission européenne va faire perdre des capacités à l’Arme.

Le programme Neogend vise à améliorer le quotidien des gendarmes en intégrant la mobilité et les smartphones. Fin 2017, 60  000 tablettes et téléphones seront entre les mains des gendarmes. Un progrès technique susceptible de créer des gains de productivité non négligeables, alors que la directive «  temps de travail  » aura l’effet contraire. En 2016, 2  300 postes supplémentaires avaient été alloués à la Gendarmerie. En 2017, ils seront encore 400 de plus à rejoindre les rangs.

Mais patatras, l’application de la directive risque d’annuler les bénéfices de ces renforts, et la Gendarmerie doit transposer la totalité de la directive avant la fin de l’année.

La Direction a donc rédigé en urgence une nouvelle instruction, entrée en vigueur au 1er septembre 2016. Elle accorde à chaque gendarme onze heures de repos par tranche de vingt-quatre heures. Le 18 octobre 2016, devant la commission de la Défense de l’Assemblée, le DGGN, le général d’armée Richard Lizurey, avait relevé «  une dégradation du service  » avec la mise en place des onze heures de repos journalier.

Reste maintenant à transposer impérativement, d’ici la fin de l’année 2017, la limitation à 48 heures hebdomadaires. La Direction de la Gendarmerie s’attend que la perte de ses capacités horaires atteindra 6  %. Un taux supérieur à celui des renforts de 2016 et 2017…

La Commission européenne va donc reprendre aux gendarmes tout ce que le gouvernement français leur avait donné  ! A moins que les gains de productivité induits par Neogend ne tempèrent quelque peu les pertes de productivité provoquées par cette directive.

Pierre-Marie Giraud, rédacteur en chef 

A voir également

27 escadrons à Paris pour la manifestation de ce 10 décembre contre la réforme des retraites

Selon nos informations, près de 47 unités de forces mobiles seront déployées pour la manifestation du 10 décembre dans la capitale.