vendredi 18 octobre 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 501 : Fiers, aimés, mais inquiets…
Couverture Essor janvier 2016

Edito du numéro 501 : Fiers, aimés, mais inquiets…

Deux sondages exclusifs de l’Ifop pour «  L’Essor  » l’assurent : les gendarmes se disent fiers de leur métier et de l’intérêt de leur travail, et près de neuf Français sur dix ont une bonne opinion d’eux. Cerise sur le gâteau, Google révèle qu’en 2016, c’est le métier de gendarme qui arrive en tête des requêtes «  Comment devenir…  », devant mannequin et ambulancier.

Les 125  000 gendarmes d’active et réservistes bénéficient donc de l’estime de leurs concitoyens, et restent des militaires droits dans leurs bottes.

L’enquête de l’Ifop auprès de 1  189 gendarmes pour «  L’Essor  », publiée sur notre site le 5 décembre, est riche d’enseignements. Plus de 9 gendarmes sur 10 (93  %) se disent fiers de l’être, et plus de 7 sur 10 (72  %) se déclarent satisfaits de leur situation.

Mais cette enquête met aussi en lumière un niveau notable d’insatisfaction et d’inquiétude. 6 gendarmes sur 10 (61  %) assurent que les relations avec la population se sont dégradées, et 46  % que leurs conditions de travail se sont détériorées. Ainsi, seulement 33  % s’estiment satisfaits des conditions matérielles de l’exercice de leur métier (locaux, informatique, véhicules), et 37  % de leurs équipements individuels (casques, gilets pare-balles).

Un autre point noir porte sur la concertation. Moins de 2   gendarmes sur 10 (19  %) pensent que la concertation fonctionne bien, 38  % qu’elle fonctionne mal, et 43  % moyennement.

Au moment où les nouvelles Associations professionnelles nationales de militaires (APNM) s’installent avec les associations historiques de la Gendarmerie dans leurs locaux à la DGGN, «  L’Essor  » fait le vœu que la concertation dans l’Arme franchisse un palier décisif. Depuis une dizaine d’années, des progrès considérables ont été faits. Il en reste bien d’autres devant nous.

Pierre-Marie Giraud, rédacteur en chef 

A voir également

Le directeur général de la Gendarmerie, le général d'armée Richard Lizurey (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Richard Lizurey prépare sa reconversion dans le conseil

L'adieu aux armes du général d'armée Richard Lizurey ne sera pas synonyme de retraite. L'officier général va créer une société de conseil aux entreprises.