jeudi 23 mai 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 497 – La Gendarmerie, pilier de la Garde nationale
n°497 - septembre 2016

Edito du numéro 497 – La Gendarmerie, pilier de la Garde nationale

Comme l’a souhaité le président de la République face aux menaces terroristes, le pilier de la «  Garde nationale  » sera donc la Gendarmerie.

La Gendarmerie a su se mobiliser rapidement après l’attaque de Nice (86 morts), en formant en quatre semaines des jeunes réservistes motivés et opérationnels.

Avec 25  000 réservistes opérationnels (28  000 pour les trois armées et 3  000 pour la Police), la Gendarmerie est la première force de réservistes en proportion de ses effectifs d’active.

Reste maintenant à inscrire dans la durée le fonctionnement et le financement de ces réserves, qu’elles prennent ou non le titre de «  Garde nationale  ».

Le premier écueil à éviter est de créer une «  usine à gaz  » coûteuse et lourde.

Ensuite, une fois tranchée la question du ministère de tutelle de cette «  Garde nationale  » – Défense ou Intérieur  –,
il faudra veiller à une organisation souple et efficace, sans créer de nouvelles structures. Et pourquoi pas sur le modèle de la réserve opérationnelle de la Gendarmerie  ?

Le financement spécifique de cette «  Garde nationale  » constitue le second enjeu. Dès à présent, il faut prévoir de financer durablement le recrutement, le fonctionnement et la rémunération de ces réservistes.

On sait que le coût moyen d’un réserviste de la Gendarmerie est de 89 euros par jour. Les effectifs de cette «  Garde nationale  » doivent pratiquement doubler en deux ans, de 44  000 en 2017 à 80  000 en 2019.

Les trois armées, la Gendarmerie et la Police financent pour le moment leurs réserves sur leurs budgets. Il faut donc à tout prix éviter que la montée en puissance de cette «  Garde nationale  », et partant de son financement, ne se traduise par des coupes dans les budgets de la Défense et de la Sécurité intérieure, déjà très contraints.

Pierre-Marie Giraud, rédacteur en chef

A voir également

Une nouvelle prime de lien au service pour les militaires et gendarmes du corps de soutien

Une prime de lien au service remplacera des primes dans les armées et la prime de fidélisation aux sous-officiers du corps de soutien technique administratif de la Gendarmerie nationale.

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !