mercredi 11 décembre 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 523 : Traditions et modernité

Edito du numéro 523 : Traditions et modernité

Les traditions de la Gendarmerie nationale remontent au moins au début du xvesiècle, le 25 octobre 1425, quand le prévôt des maréchaux, Le Gallois de Fougières, trouve la mort en héros à la bataille d’Azincourt, aux côtés de la fine fleur de la chevalerie française ce jour-là décimée.

Depuis lors, l’histoire de l’Arme, jusqu’à Arnaud Beltrame, est jalonnée de nombreuses heures de gloire.

Ce qui vaut à bien des unités, compagnies, escadrons, groupements ou brigades, de commémorer chaque année la mémoire de l’un ou l’autre de ces grands anciens.

Ce qui permet à chaque promotion d’élèves-officiers ou sous-
officiers de n’avoir que l’embarras du choix pour trouver un nom de baptême renvoyant à un ancien illustre, qui inspirera l’esprit de corps de tous.

Cet attachement à la tradition et cette fierté se traduisent dans la plupart des unités, dès le niveau de la compagnie, par la présence d’un officier ou sous-officier en charge de veiller à l’entretien de ces traditions qui forgent largement l’esprit gendarmique.

Pour un gendarme, ne pas observer et respecter ces traditions serait considéré comme une faute.

Par ailleurs, la Gendarmerie démontre constamment sa capacité à innover et à anticiper. Elle compte dans ses rangs, et pas seulement parmi ses officiers supérieurs ou généraux, des inventeurs, des innovateurs, et même des visionnaires. C’est ce qui lui a permis d’équiper toutes ses unités de terrain du système NeoGend, véritable poste de travail nomade du gendarme  ; de constituer un Centre de recherche en police criminelle parmi les plus performant au monde  ; et d’être en pointe dans la lutte contre la cyber-criminalité.

C’est en s’appuyant sur ses traditions et les valeurs qu’elles transmettent que la Gendarmerie nationale, tous les jours, est prête pour faire face aux menaces du présent et anticiper celles de l’avenir.

Alain Dumait, directeur de L’Essor

A voir également

27 escadrons à Paris pour la manifestation de ce 10 décembre contre la réforme des retraites

Selon nos informations, près de 47 unités de forces mobiles seront déployées pour la manifestation du 10 décembre dans la capitale.