vendredi 30 octobre 2020
Accueil / Edito / Edito du numéro 521 : Le cimetière des généraux

Edito du numéro 521 : Le cimetière des généraux

Jean Cousteix, l’illustre fondateur de notre journal, L’Essor, avait connu une Gendarmerie dirigée par un colonel, et même, un moment, par un lieutenant-colonel ! Il n’y avait alors aucun général, même pas deux étoiles, dans cette Gendarmerie-là, entièrement sous l’autorité du «  ministre de la Guerre  », fonctionnant dans l’ombre de l’armée de Terre…
Aujourd’hui, l’Arme compte 80 officiers généraux en activité et prévoit d’en avoir le double dans dix ans !
Il y a beaucoup de raisons à cette impressionnante progression  :
•  on a dit – c’est la version officielle – que c’était une politique délibérée pour «  adapter les grades aux responsabilités  », du bas de l’échelle, avec le Pagre, jusqu’en haut ;
•  ce fut aussi le moyen de contourner le blocage de la valeur du point d’indice dans la fonction publique militaire ;
•  on a voulu aussi s’aligner sur les autres armes, et même sur la pyramide des grades dans plusieurs pays étrangers ;
•  c’était le moyen de «  rattraper  » les avantages qui avaient été accordés aux hauts gradés de la Police, à l’époque mieux en cour….
Tout cela est juste, mais demeure l’insolence de cette inflation.
Avec aussi – et c’est plus grave – beaucoup d’effets pervers  :
•  la dévalorisation des grades de sous-officiers, de plus en plus souvent cantonnés à des tâches d’exécution ;
•  le gonflement de tous les effectifs d’état-major, à commencer par la Direction générale à Issy-les-Moulineaux ;
•  et, finalement, l’affectation massive d’officiers généraux encore en 1ère section comme «  chargés de mission  » à l’IGGN, désormais appelée par les gendarmes de terrain «  le cimetière des généraux  » !

Alain Dumait, directeur de L’Essor

Crowdfunding campaign banner

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.