mardi 21 mai 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 519 : La troisième réserve

Edito du numéro 519 : La troisième réserve

La première réserve, dite opérationnelle, est celle des anciens militaires, celle aussi de ceux, de moins en moins nombreux, qui, ayant été “appelés sous les drapeaux”, continuent à servir encore, et celle, désormais, des jeunes directement formés comme réservistes.
La deuxième réserve est dite citoyenne. Elle ne coûte rien. Elle regroupe des personnalités, élus, entrepreneurs, décideurs, à qui est attribué un grade honorifique. Ces personnes contribuent au rayonnement de la Gendarmerie.
Ceux que nous appelons, à L’Essor, “la troisième réserve” sont les retraités et les veuves. Répartis sur l’ensemble du territoire, ils constituent autant de relais. Quand d’autres sont maintenant intronisés réservistes au terme d’une petite formation, comment pourrait-on ignorer que ces retraités ont des dizaines d’années d’expérience, des réflexes, en un mot : du métier  ?
Quand la première réserve est active sur le terrain et que la deuxième se tient à la disposition des grands chefs, la troisième, elle, est immergée dans la population en un précieux réseau de postes d’observation pour qui sait le considérer. Il est opportun de s’en souvenir au moment où les gendarmes sont priés de réparer les liens qui firent la grandeur et la force de leur Institution, liens qui s’étaient distendus, sinon rompus, au fil du temps, des réorganisations, des redéploiements… Partout, des brigades et des groupes de contact ont été créés, se créent, vont se créer. Le directeur général et Jean-Pierre Virolet, premier président national adjoint de l’UNPRG, ont évoqué le sujet. Déjà, dans les Ardennes, les Vosges, le Rhône, le Pas-de-Calais, ailleurs encore, partout bientôt, des retraités heureux d’être mis à contribution arrivent en première ligne, sentinelles imergées de la Police de sécurité du quotidien.
André Veyret, journaliste, rédacteur à L’Essor

A voir également

Lors de la manifestation des Gilets jaunes du samedi 20 avril (Ph: GT/L'Essor).

Le Conseil d’Etat refuse de suspendre la grenade GLI-F4

La Ligue des droits de l'homme et l'Action des chrétiens pour l’abolition de la torture avaient saisi la plus haute juridiction administraive en référé.

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !