samedi 14 décembre 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 488

Edito du numéro 488

L’état d’urgence met les gendarmes en première ligne

L’état d’urgence, décidé par le chef de l’Etat dès le soir des attentats du vendredi 13 novembre 2015, prolongé de trois mois par une loi votée à la quasi-
unanimité des députés et sénateurs, concerne d’abord l’ensemble des citoyens.

Il permet à l’administration de s’affranchir de procédures protectrices de libertés.

Il permet, par exemple, aux préfets d’interdire des manifestations, de faire fermer des établissements et d’ordonner des perquisitions sans contrôle judiciaire et à toute heure.

Il met aussi les gendarmes – actifs et réservistes – en première ligne.

Car, quand il s’agit de mieux contrôler les routes et les autoroutes, les transports et les frontières, quand il faut être prêt à intervenir à tout moment, à tous les niveaux et avec tous les moyens, quand il faut être au plus près des mouvements des personnes et des marchandises – parmi lesquelles peuvent se cacher des terroristes ou leurs armes  –, les gendarmes, dont c’est le métier et l’honneur, répondent tous présent. Ils sont donc aujourd’hui tous sur le pont, selon l’expression du Directeur général, Denis Favier.

Ce qui implique aussi, sans doute, des conséquences négatives, voire pénibles, en matière de repos et de compensation. Gageons que, très vite, la hiérarchie saura trouver non seulement les mots, mais encore les mesures qui permettront aux gendarmes d’être justement remerciés et récompensés…

Il s’agit aussi de collecter davantage de renseignements à partir de ce terrain couvert à 95  % par la gendarmerie départementale.

«  L’Essor  » suggère respectueusement à la Direction générale de mobiliser, par circulaire, tous les retraités de l’Arme. Pour qu’ils se tiennent prêts, qu’ils se mettent à l’écoute, et qu’ils rendent compte à la brigade la plus proche de leur domicile. Ils n’attendent que ça. Et ce serait le moyen, dans ces circonstances, de rapprocher actifs et retraités.

Alain Dumait, directeur de «  L’Essor  »

A voir également

Passage en revue des troupes par le général de brigade Christophe Boyer, commandant l'Ecole des officiers de la Gendarmerie de Melun, ce vendredi 15 février lors de la cérémonie en hommage aux gendarmes décédés en 2018 (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Qui sont les officiers prometteurs du tableau d’avancement 2019?

Publié il y a quelques jours, le très attendu tableau d’avancement des officiers de la Gendarmerie 2019 révèle les jeunes pousses prometteuses de l’Arme.