dimanche 25 août 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 485

Edito du numéro 485

Les APNM
dans la dernière ligne droite

Après la loi, les décrets d’application. Promulguée fin juillet, la loi créant les Associations professionnelles nationales militaires reconnaît formellement le droit d’association des gendarmes. Reste à définir par décrets le taux de représentativité, le fonctionnement, les droits et les devoirs de ces APNM.

Sans attendre la publication des décrets d’application, prévue début 2016,  les associations de la Gendarmerie  (AG&C, Adefdromil, GendXXI…) modifient leurs statuts.

La question la plus brûlante reste celle du poids de ces futures APNM dans le dialogue avec les pouvoirs publics, à travers la Direction de la Gendarmerie. Pour le moment, les associations historiques ne regroupent chacune – de leur propre aveu – que quelques centaines de personnes, un nombre à comparer avec les 95  000 militaires de la Gendarmerie.

Les futures APNM doivent donc se mobiliser pour convaincre des milliers de gendarmes de les rejoindre. Faute de quoi, le Conseil de la fonction militaire Gendarmerie (CFMG), dont les membres seront désormais directement élus au lieu d’être tirés au sort parmi les gendarmes élus dans les catégories, risque de rester le seul interlocuteur de la Direction de la Gendarmerie.

Les APNM ne seront vivantes et efficaces qu’à condition de compter dans leurs rangs de nombreux gendarmes désireux de faire évoluer l’Institution. Sous peine de s’entendre demander : «  Les APNM, combien de divisions ?  »

Pierre-Marie Giraud, rédacteur en chef

A voir également

Le PC secret du colonel Rol-Tanguy, chef de l'insurrection à Paris en août 1944. (Ph: Pierre Antoine)

Le PC de l’insurrection parisienne d’août 1944 ouvert au public

Le PC d'où le colonel Rol-Tanguy dirigea le soulèvement d'août 1944 est le clou du nouveau Musée de la Libération de Paris ouvert dimanche.