dimanche 25 août 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 481

Edito du numéro 481

Gendarmes d’active, encore un effort  !

Une visite à domicile, une invitation pour une cérémonie ou pour un café à la brigade, un salut sur la route : les retraités de la Gendarmerie ne demandent pas grand-chose. Juste un petit effort de la part des gendarmes d’active.

A «  L’Essor  », nous avons été surpris par les nombreuses réponses à notre appel à témoignages sur les relations actifs/retraités. Des réponses qui, dans leur grande majorité, font état d’une dégradation.

C’est vrai que les gendarmes croulent aujourd’hui sous les missions indues et une paperasse chronophage. Du coup, ils estiment ne plus avoir beaucoup de temps à consacrer aux anciens. Et ceux qui prennent quelques instants pour voir des retraités, leur parler ou les écouter, font figure d’oiseaux rares.

La disponibilité dont ils font preuve est toujours très appréciée des retraités. L’effort à faire n’est pourtant pas surhumain et serait largement payé en retour. Un gendarme à la retraite reste un gendarme, toujours capable de faire remonter un renseignement, une information ou une alerte susceptibles d’aider le commandant de brigade.

Une aide qui peut s’avérer précieuse pour faire pleinement participer la Gendarmerie à la collecte et à l’analyse du renseignement au niveau national, tâche que certains policiers refusent toujours à l’Arme.

Cette amélioration des relations actifs/retraités doit être, bien sûr, initiée par la Direction de la Gendarmerie, mais surtout saisie par les organisations et les associations de retraités.

Celles-ci, divisées entre sous-officiers et officiers ou entre associations rivales, ont devant elles un vrai sujet à partager  : celui de l’amélioration des relations entre actifs et retraités. «  L’Essor  » est prêt à aider chacun à s’exprimer et à échanger sur ce sujet essentiel.

Dans le droit fil de la mission que le journal assure depuis quatre-vingts ans.

Pierre-Marie Giraud, rédacteur en chef de «  L’Essor de la Gendarmerie  »

A voir également

Le PC secret du colonel Rol-Tanguy, chef de l'insurrection à Paris en août 1944. (Ph: Pierre Antoine)

Le PC de l’insurrection parisienne d’août 1944 ouvert au public

Le PC d'où le colonel Rol-Tanguy dirigea le soulèvement d'août 1944 est le clou du nouveau Musée de la Libération de Paris ouvert dimanche.