jeudi 12 décembre 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 478

Edito du numéro 478

Policiers et gendarmes sur un pied d’égalité

Différents, mais tout aussi efficaces. Les attentats de Paris, la traque et la neutralisation de leurs auteurs ont mis sur le devant de la scène deux forces, la Police et la Gendarmerie, qui ont travaillé chacune dans sa zone de compétence, mais à un niveau de coordination jamais atteint auparavant.

Pour preuve, la coopération sans fausse note des unités d’élite d’intervention, le GIGN de la Gendarmerie et la FIPN de la Police, qui ont travaillé ensemble, sans état d’âme, pendant deux jours, le jeudi 8 et le vendredi 9, pour venir à bout des auteurs des attentats meurtriers qui ont fait 17 morts au total.

Pour preuve encore, la mobilisation de 100  000 policiers et gendarmes, épaulés ensuite par 10  000 soldats, pour enquêter, protéger et rassurer les Français. Pour preuve, enfin, le satisfecit décerné par les Français à leurs policiers et à leurs gendarmes. Lors de l’immense marche du 11 janvier à Paris, bravos, hourras et même embrassades ont accompagné les déplacements des gendarmes mobiles et des CRS.

Dans un sondage YouGov pour «  20 minutes  » réalisé à chaud (9 au 12 janvier), 75,4  % des Français interrogés assuraient que «  la Police et la Gendarmerie étaient tout à fait capables de gérer une attaque terroriste  ». Une étude qui confirmait le sondage Ifop publié dans le numéro de janvier de «  L’Essor  », selon lequel 81  % des Français déclaraient avoir une «  bonne opinion  » des gendarmes et 65  % des policiers.

Pour autant, les attentats des frères Kouachi et de Coulibaly ont révélé des «  failles  », selon le mot du Premier ministre, Manuel Valls, dans le travail préventif des services de renseignement intérieur. Il faudra donc resserrer les mailles du filet, sans toucher aux libertés fondamentales. En sachant bien, comme le confiait un spécialiste du renseignement, qu’en matière d’efficacité de la lutte antiterroriste préventive, le 100  % n’existe pas.

Le gouvernement devra aussi revoir la protection et l’armement des policiers. Après le renforcement du plan Vigipirate, passé au niveau «  Alerte attentat  », chacun a pu voir les policiers de la voie publique protégés par des gilets pare-balles plus anciens que ceux portés par les frères Kouachi, et qui n’arrêtent pas les balles de 7,62 mm des Kalachnikov. Chacun a pu voir également des policiers armés de pistolets-mitrailleurs Beretta M12 (9 mm) ou de carabines AMD (5,56 mm), qui ne peuvent rivaliser avec la maniabilité et la puissance de feu d’une Kalachnikov.

Le gouvernement devra aussi revoir à la hausse les effectifs des policiers et des gendarmes, qui ont perdu sous l’ère Sarkozy plus de 10 000 hommes et femmes.

Pierre-Marie Giraud, rédacteur en chef de «L’Essor de la Gendarmerie »

A voir également

27 escadrons à Paris pour la manifestation de ce 10 décembre contre la réforme des retraites

Selon nos informations, près de 47 unités de forces mobiles seront déployées pour la manifestation du 10 décembre dans la capitale.