dimanche 19 mai 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 473

Edito du numéro 473

La rentrée difficile du Directeur général

Revenu après de brèves vacances à son bureau d’Issy-les-Moulineaux le lundi 18 août, le Directeur général de la Gendarmerie nationale Denis Favier retrouve sur sa table les mêmes dossiers et les mêmes urgences.

Mais, pour certains d’entre eux, les échéances se rapprochent. Au Parlement, la session budgétaire commence fin septembre. Le projet de loi de finances pour 2015 présenté par le (nouveau) gouvernement de Manuel Valls sera dans la continuité des deux précédents, avec un déficit global de plus de 50  milliards d’euros et une hypothèse de croissance de l’économie générale inférieure à 1  %.

Les crédits alloués aux forces de l’ordre, Police et Gendarmerie, seront «  sanctuarisés  », c’est-à-dire qu’ils seront maintenus, à un poil près, à la fois en volume et en valeur.

Mais ce n’est pas le budget pour 2015 qui préoccupe le DG, plutôt celui de 2014, en cours d’exécution. Car, comme l’année dernière, avant même d’être votés, les crédits inscrits au budget ont fait l’objet de mesures de «  gel  » : 7  % des crédits votés – 0,5  % pour les dépenses de personnel – aussi bien en autorisations d’engagement qu’en paiement ont été «  mis en réserve » (MER) par les services de Bercy, pour la Gendarmerie comme pour tous les services de l’État. L’enjeu des prochaines semaines pour le DG est donc le déblocage de ces MER.

On se souvient que l’année dernière, le général Favier, auditionné à l’Assemblée le 16 octobre, avait tiré la sonnette d’alarme, en disant aux parlementaires – et au-delà, au gouvernement – qu’il ne pourrait pas, sans dégel, payer ses factures, notamment pour le carburant et l’entretien des véhicules de service. Quelques jours plus tard, le 31 octobre, son ministre de tutelle de l’époque, Manuel Valls, encore en charge de l’Intérieur, avait annoncé avoir obtenu des services de Bercy le dégel de 111 millions d’euros.

L’hypothèse la plus favorable serait qu’un tel scénario se reproduise : que l’essentiel des crédits 2014 « gelés  » en début d’année soit «  dégelé  ».

C’est loin d’être gagné. Car le contexte a changé : l’environnement économique s’est encore dégradé. La situation politique a sensiblement évolué aussi. Que le Premier ministre soit l’ancien ministre de l’Intérieur est un élément favorable.

Mais la moindre carrure politique de Bernard Cazeneuve peut jouer en sens contraire… En tout cas, à l’Assemblée comme au Sénat, la Gendarmerie, pierre angulaire de la sécurité publique et de la sûreté générale, peut compter sur de nombreux et actifs soutiens. «  L’Essor  », avec ses réseaux, agira dans le même sens.

Alain Dumait, directeur de «  L’Essor  »

<alain.dumait@lessor.org>

A voir également

Lors de l'acte XXIII, à Paris. Photo d'illustration (Crédit photo: GT/L'Essor).

Gilets jaunes: quinze enquêtes ouvertes par la justice sur des gendarmes

Maintien de l'ordre pour des manifestations de Gilets jaunes: 41 signalements ont été transmis à l'IGGN, pour 15 enquêtes ouvertes.

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !