samedi 14 décembre 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 469

Edito du numéro 469

Une gendarmerie hégémonique  ?

Depuis plusieurs semaines, les syndicats de Police s’insurgent contre une soi-disant hégémonie de la Gendarmerie au sein du ministère de l’Intérieur. Deux thèmes inquiètent fortement les syndicats de cadres et d’officiers de Police  : celui de la police judiciaire et celui du renseignement. Personnellement, je suis heureux quand les syndicats s’inquiètent de nous, c’est un signe de bonne santé pour la Gendarmerie.

De quoi s’agit-il  ? En Corse et aux Antilles-Guyane, le ministre de l’Intérieur a souhaité le rapprochement dans une même structure des SRPJ et SR Gendarmerie, pour mieux lutter contre la criminalité organisée. Ce schéma fait hurler les syndicats au motif que la Gendarmerie serait hégémonique par rapport à la Police, notamment aux Antilles-Guyane. On peut être contre ce projet de fusionner les forces, mais, encore une fois, ce n’est pas là le sujet pour les policiers. Ils ne veulent pas être sous l’autorité d’un gendarme dans quelque situation que ce soit.

On retrouve toujours cette peur d’être mis en concurrence avec la Gendarmerie. Tant mieux, nous non plus, même si, sur le terrain (nous, les anciens, avons connu ça), tout se passe bien entre les personnels des deux forces lorsque le besoin de collaborer se fait sentir. Sur le point du renseignement, il est reproché au directeur de la Gendarmerie d’avoir créé une Sous-Direction d’anticipation opérationnelle (SDAO) qui serait en concurrence avec le Service central du renseignement territorial (SCRT).

C’est un juste retour des choses pour la Gendarmerie qui s’était vue, en 2008, subordonnée aux DDSP et au SCRT pour toute la chaîne territoriale du renseignement. Alors, que le Directeur général de la Gendarmerie ait voulu retrouver une chaîne du renseignement qui permette d’anticiper les mesures opérationnelles sur les 95  % de notre territoire semble une évidence incontestable. D’ailleurs, l’anomalie de la gestion du renseignement par la seule chaîne Police avait été dénoncée par le rapport parlementaire d’évaluation du 4 août 2011 sur le rattachement de la Gendarmerie au ministère de l’Intérieur.

Sur ces deux sujets majeurs dans le fonctionnement des forces de sécurité, il faut que les syndicats retrouvent la raison. La Gendarmerie doit avoir les structures nécessaires pour assumer ses missions dans un schéma adapté au vaste territoire dont elle a la charge. Il n’est pas question d’hégémonie d’une force sur l’autre, mais simplement d’une adaptation permanente au service de la sécurité.

Gérard SULLET, président UD79 de l’UNPRG.

A voir également

Passage en revue des troupes par le général de brigade Christophe Boyer, commandant l'Ecole des officiers de la Gendarmerie de Melun, ce vendredi 15 février lors de la cérémonie en hommage aux gendarmes décédés en 2018 (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Qui sont les officiers prometteurs du tableau d’avancement 2019?

Publié il y a quelques jours, le très attendu tableau d’avancement des officiers de la Gendarmerie 2019 révèle les jeunes pousses prometteuses de l’Arme.