jeudi 12 décembre 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 463

Edito du numéro 463

La Charte de «  L’Essor  »

Plutôt qu’un nouveau Code de déontologie commun à la Police et à la Gendarmerie (dont on attend toujours la publication), nous aurions préféré, à «  L’Essor  », un code dont les règles se seraient appliquées à l’ensemble des forces, militaires et civiles, concourant au maintien de l’ordre (pompiers, douaniers…, y compris polices municipales et gardiens de square…).

Nous pensons que «  mutualiser  » la déontologie des seuls policiers, qui sont des civils, et des gendarmes, qui sont des militaires, n’était ni judicieux ni adéquat.

Comme notre proposition n’a pas, à ce jour, été retenue, nous nous en tenons à la «  Charte du Gendarme  » publiée en complément de la loi du 3 août 2009, plaçant la Gendarmerie dans les attributions du ministère de l’Intérieur.

Rappelons que l’idée d’une Charte du gendarme est née en 1989, à l’issue de la crise grave que traversait alors la Gendarmerie. La rédaction, toutefois, en fut alors abandonnée au motif qu’une réflexion d’ordre éthique et déontologique étant en cours dans l’ensemble des armées, cette initiative pouvait apparaître, à ce moment, superfétatoire.

Le projet, cependant, resurgit lorsque le rapprochement avec la police commença à prendre corps. Et, quelques jours après le 3  août 2009, la Charte approuvée par le ministre de l’Intérieur fut distribuée dans les unités. Ce texte – qui affirme l’appartenance de l’Arme à la communauté militaire, replace les missions de la Gendarmerie dans leur esprit plus que dans leur lettre, et synthétise les valeurs du gendarme – est à la fois définitif, fondamental et suffisant.

Plusieurs articles de cette Charte nous interpellent (ici, à «  L’Essor  ») encore plus que les autres.

Art. 19 : « Le gendarme communique… Il explique son action et sensibilise le citoyen aux politiques de sécurité…  »

Art. 20 : «  La richesse de la Gendarmerie repose sur les femmes et les hommes d’active et de réserve qui la composent…  »

Art 23 : «  L’esprit de corps de la Gendarmerie est fondé sur le partage d’une histoire, de valeurs et de traditions… Le gendarme est solidaire de ses camarades d’active et de réserve…  »

Art 26 : «  Le gendarme contribue à la solidarité entre les générations en maintenant le lien avec les retraités, les veuves et les orphelins de l’Arme…  »

«  L’Essor de la gendarmerie nationale  », avec son indépendance, source de sa crédibilité, entièrement voué au service de l’Arme, actifs et retraités réunis, œuvre pour la défense et le respect de cette Charte. Sa lettre et son esprit. Mois après mois, numéro après numéro…

Alain Dumait, directeur de «  L’Essor  »

A voir également

27 escadrons à Paris pour la manifestation de ce 10 décembre contre la réforme des retraites

Selon nos informations, près de 47 unités de forces mobiles seront déployées pour la manifestation du 10 décembre dans la capitale.