vendredi 24 mai 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 445

Edito du numéro 445

LA VOIX DE LA SAGESSE

Des sources élyséennes sérieuses m’ont confirmé que “L’Essor” et l’UNPRG avaient permis au président de la République de mesurer la force de l’attachement des gendarmes à leur statut militaire, l’incitant ainsi à le maintenir en toute circonstance. Certes, ce n’est pas un rôle nouveau pour “L’Essor”, dont l’histoire est parsemée de réussites liées à sa capacité de sensibiliser aux difficultés et aux problèmes de l’Institution. Les anciens se souviennent, pour ne citer qu’un seul exemple, de la lutte victorieuse pour l’intégration de l’indemnité de sujétion de police dans le calcul des pensions de retraite.

Par ailleurs, l’adaptation du journal aux exigences de la presse moderne, son ouverture en direction de chroniqueurs spécialisés et l’élargissement de sa diffusion au bénéfice de journalistes qui relaient l’information ont renforcé l’influence d’un mensuel indépendant et compétent, spécialisé dans tout ce qui concerne l’environnement gendarmique.

Ceci nous conforte dans notre combat et nous incite à accroître notre représentativité et notre performance.

Dès la mise en place de l’équipe présidentielle, nous saurons rappeler les promesses de campagne à l’élu des Français, et plaider pour l’urgence des mesures destinées à accroître l’efficacité des forces de sécurité composées d’une Police civile et d’une Gendarmerie de statut militaire. Deux forces qui, tout en conservant leurs spécificités respectives, sont complémentaires et pratiquent une mutualisation bien définie.

Nous saurons aussi assurer le chef de l’Etat de notre souci permanent de bien remplir notre mission de défense des intérêts matériels et moraux des personnels, actifs et retraités, de cette institution séculaire.

Jean-Claude Seguin, rédacteur en chef.

A voir également

Le meurtrier du major Rusig fait appel de sa condamnation à perpétuité

Le meurtrier présumé du major de gendarmerie Christian Rusig fait appel. Condamné le 10 mai dernier à la prison à perpétuité, avec une peine de de sureté de 20 ans, il veut être rejugé

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !