vendredi 13 décembre 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 443

Edito du numéro 443

LES OUBLIETTES DU PRÉSIDENT

Contre toute attente, de récentes “observations” menées dans le Finistère semblent confirmer l’existence d’oubliettes au palais de l’Elysée. L’affaire paraît saugrenue, rocambolesque même, et pourtant… Il ne s’agit pas de culs de basse-fosse humides ou de cachots ténébreux apparentés à ceux de l’Ancien Régime, mais d’un lieu plus profond encore, situé aux racines étymologiques de l’oubliette, un lieu où l’on enferme quelqu’un pour l’y oublier.

Car, c’est un fait, Nicolas Sarkozy a jeté au fond de ses oubliettes le statut militaire de la Gendarmerie !

Lors des vœux aux armées, le 3 janvier, à Lanvéoc-Poulmic, le Président a consciencieusement oublié d’évoquer la Gendarmerie nationale, alors même que nombre de gendarmes étaient présents dans la salle et même à côté de lui sur l’estrade : pas un mot ! Les marins, les aviateurs, l’armée de Terre, la Légion étrangère, le service des essences des armées, le service de santé, les commandos, les commissaires en charge du soutien, les forces spéciales, tous ont été évoqués au détour d’une phrase… Pas les gendarmes. Et pourtant, la Gendarmerie n’occupe-t-elle pas numériquement une part prépondérante dans la communauté militaire ? N’est-elle pas présente, en Afghanistan, en Afrique, aux côtés des autres forces armées ?

Déjà, le 1er avril 2009, à l’antenne d’Europe 1, questionné sur les demandes de renforts de l’Otan en Afghanistan, Nicolas Sarkozy avait affirmé : “Il n’y aura pas de renforts militaires”, alors même que le gouvernement avait annoncé auparavant l’envoi de 150 gendarmes. Interrogé sur cette apparente contradiction : “Pas de militaires mais des gendarmes ?”, le Président n’avait pas commenté, se rendant peut-être compte de son erreur.

Bien sûr, une interview en direct ne révèle qu’un lapsus, un oubli, parfois révélateur mais restant du domaine de l’involontaire et de l’inconscient. Tout autre est un discours de vœux aux armées, programmé et minutieusement préparé, où l’oubli est traduction d’une volonté affirmée.

Le chef de l’Etat a-t-il donc totalement oublié l’existence de la Gendarmerie ? Non, puisqu’il s’exprimait ainsi peu de jours auparavant, lors d’une rencontre avec les personnes ayant assuré la permanence des services publics la nuit de la Saint-Sylvestre : “Parmi les personnes présentes parmi nous ce soir, je veux rendre un hommage particulier aux policiers et aux gendarmes – vous savez combien je suis attaché à la Police comme à la Gendarmerie…” et plus loin “mes pensées vont aussi à nos soldats…”.

La Gendarmerie ne croupit donc pas toute entière dans une oubliette de l’Elysée, seul son statut militaire semble y être cloîtré.

Jean-Claude Seguin, rédacteur en chef.

A voir également

Passage en revue des troupes par le général de brigade Christophe Boyer, commandant l'Ecole des officiers de la Gendarmerie de Melun, ce vendredi 15 février lors de la cérémonie en hommage aux gendarmes décédés en 2018 (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Qui sont les officiers prometteurs du tableau d’avancement 2019?

Publié il y a quelques jours, le très attendu tableau d’avancement des officiers de la Gendarmerie 2019 révèle les jeunes pousses prometteuses de l’Arme.