samedi 14 décembre 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 438

Edito du numéro 438

ON NE CESSE DE LE RÉPÉTER…

La Cour des comptes, dont l’origine remonte à saint Louis, est une juridiction financière formée de magistrats inamovibles, et de ce fait indépendants. Elle fournit chaque année des rapports qui ne font pas toujours plaisir, mais sont, à notre avis, très difficilement discutables.

Le 7 juillet dernier, la Cour a fourni un rapport de 250 pages sur la gestion des forces de sécurité, qui met en relief le fait que, depuis 2002, on ne peut pas affirmer que la délinquance a diminué et que l’efficacité de la Police et de la Gendarmerie a fait des progrès  notables. Une étude axée sur une quinzaine de départements d’Ile-de-France, de Rhône-Alpes, de Paca et du Languedoc-Roussillon met en relief, notamment, que sur la période 2002-2010, les violences contre les personnes ont augmenté de 21,2 %.

Dans le même esprit, la Cour constate que les implantations de vidéosurveillance sont d’un coût exorbitant, et qu’elles ne sauraient compenser la réduction des effectifs et des moyens de la Police et de la Gendarmerie. Critiquant les statistiques officielles faussées par le refus des services d’enregistrer des plaintes, elle accuse la culture du chiffre qui privilégie la quantité sur la qualité.

Pour résumer, la Cour met l’accent officiel sur le constat de l’insuffisance de moyens des forces de l’ordre, constat  que nous faisons à “L’Essor”, en toute impartialité, depuis la même période, ne reprenant en cela que les opinions recueillies par notre introspection permanente des unités de gendarmerie implantées sur le terrain. C’est pourquoi je me permets d’affirmer que ce rapport ne m’a ni étonné ni surpris puisque, ainsi qu’en témoignent les diverses couvertures que nous avons dans les pages suivantes, nous tirons la sonnette d’alarme sur ce manque de moyens de la Gendarmerie depuis longtemps, quitte à nous faire traiter de démagogues ou de défaitistes.

Alors, bien entendu, la politique s’en mêle… La droite crie au mensonge et à l’instrumentalisation, alors que la gauche annonce que, si elle revient au pouvoir, elle donnera des effectifs  supplémentaires. Nous avons noté, en particulier, que Claude Guéant a déclaré : “Je ne dis pas que c’est un rapport politique, mais je dis que c’est un rapport contestable, et comme il est contestable, je le conteste.”
Pour Jean-Claude Urvoas, la structure actuelle est “trop liée au ministère l’Intérieur”, et il prône la création d’une autorité administrative indépendante, à l’instar du “défenseur des droits”.

Les syndicats de police sont restés jusqu’à présent silencieux, à l’exception d’Unité police SGP-FO, qui souhaite mobiliser les policiers pour en finir avec la RGPP.

Nous espérons que ce rapport ne restera pas sans effets pratiques sur l’amélioration de la sécurité des Français.

Jean-Claude Seguin, rédacteur en chef.

A voir également

Passage en revue des troupes par le général de brigade Christophe Boyer, commandant l'Ecole des officiers de la Gendarmerie de Melun, ce vendredi 15 février lors de la cérémonie en hommage aux gendarmes décédés en 2018 (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Qui sont les officiers prometteurs du tableau d’avancement 2019?

Publié il y a quelques jours, le très attendu tableau d’avancement des officiers de la Gendarmerie 2019 révèle les jeunes pousses prometteuses de l’Arme.