jeudi 12 décembre 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 431

Edito du numéro 431

LE TEMPS PASSE…

Nous entrons dans la troisième année de cohabitation avec la Police au sein du ministère de l’Intérieur. Certains d’entre vous, les plus optimistes, disent que le temps de la recherche d’une entente commune est derrière nous… D’autres, les pessimistes, pensent au contraire que le partage des responsabilités et la mutualisation se font au seul bénéfice de la Police qui, insensiblement, considère la Gendarmerie comme une force d’appoint. Et puis il y a ceux qui vont jusqu’à déclarer que la Police devrait s’occuper de tout le domaine judiciaire, et la Gendarmerie du maintien de l’ordre et de la sécurité routière.

De plus en plus de voix s’élèvent pour reconnaître que l’entente entre les deux forces était meilleure lorsque la Gendarmerie dépendait du ministère de la Défense et que, à terme, il faudra revenir en arrière, comme cela s’est pratiqué lors des tentatives précédentes de regroupement des deux forces dans un même ministère. On a, une fois de plus, dépensé de l’argent pour rien…

A “L’Essor”, nous sommes un réceptacle des avis, des espoirs, des rancœurs, des craintes et des déceptions. Notre mission est de protéger les personnels contre tous les dangers, quelles que soient leur origine, et de veiller à ce que la Gendarmerie garde en toutes circonstances cette spécificité qui est sa raison d’être et qui fait sa force. Nous croyons de plus en plus à la dualité des forces de police, qui est une garantie républicaine d’indépendance et de liberté dans une démocratie comme la nôtre. Pour accomplir cette mission, nous sommes disposés à ameuter l’opinion publique et à réveiller les consciences endormies.

En cette fin d’année 2010, nous présentons des vœux bien sincères à nos abonnés, adhérents de l’UNPRG, ainsi qu’à leurs familles, et à ceux aussi qui, par méconnaissance de leurs intérêts, tardent ou hésitent à nous rejoindre. Nous avons une pensée particulière pour  les parents et les proches de ceux qui nous ont quittés cette année, et pour tous ceux qui souffrent, physiquement ou moralement. Nous voulons terminer sur une note d’espoir… l’espoir d’une Gendarmerie, inscrite dans le patrimoine militaire et le paysage français, qui vivra éternellement.

Jean-Claude Seguin, rédacteur en chef.

A voir également

27 escadrons à Paris pour la manifestation de ce 10 décembre contre la réforme des retraites

Selon nos informations, près de 47 unités de forces mobiles seront déployées pour la manifestation du 10 décembre dans la capitale.