vendredi 13 décembre 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 425

Edito du numéro 425

LE DERNIER REMPART DE LA RÉPUBLIQUE

Le congrès de l’UNPRG de LLoret de Mar a mis en relief la similitude d’action entre l’UNPRG et “L’Essor”, qui ont pris, l’un et l’autre, pleinement conscience de la tendance suivie par la Police et la Gendarmerie réunies sous une même direction : au nom de la nécessité d’opérer des mutualisations et des regroupements soi-disant économiques dans le cadre de la Révision générale des politiques publiques, on s’oriente inéluctablement vers une fusion. Et ce, au mépris du principe républicain de la dualité des forces de l’ordre, qui ne peuvent exercer pleinement leur rôle que si elles conservent une dualité de commandement.

Certes, le ministre de l’Intérieur s’en défend, mais encore faudrait-il que les syndicats de police, dont l’influence finit par soulever des interrogations, adoptent le même langage. On en veut pour preuve la récente interview de Patrice Ribeiro, de Synergie officiers, succédant à Bruno Beschizza, nommé sous-préfet hors cadre – ce qui en dit long sur la proximité entre ce syndicat de police et le pouvoir –, qui précise que “l’idée du politique est de lisser les choses petit à petit afin d’arriver, un jour ou l’autre, à l’existence d’une seule force”…

C’est ce que nous ne cessons de dire à l’UNPRG et à “L’Essor”. C’est ce que nous combattons fermement, en dépit des déclarations du ministre de l’Intérieur et même du président de la République, qui se veulent rassurantes… Alors, qui croire ? L’Histoire nous a souvent prouvé que nous avions raison. Cela étant, en ce qui nous concerne, nous ferons tout pour que, le moment venu, nous revenions à la situation antérieure, et ce pour une meilleure sécurité des citoyens dans le respect des protections de la démocratie.

Le dualisme des forces de l’ordre constitue une caution démocratique des droits individuels en protégeant le justiciable, en limitant les pouvoirs de coercition et en devenant, en situation extrême, l’une des garanties majeures de la liberté d’action des gouvernements.

A voir également

Passage en revue des troupes par le général de brigade Christophe Boyer, commandant l'Ecole des officiers de la Gendarmerie de Melun, ce vendredi 15 février lors de la cérémonie en hommage aux gendarmes décédés en 2018 (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Qui sont les officiers prometteurs du tableau d’avancement 2019?

Publié il y a quelques jours, le très attendu tableau d’avancement des officiers de la Gendarmerie 2019 révèle les jeunes pousses prometteuses de l’Arme.