jeudi 12 décembre 2019
Accueil / Edito / Edito du numéro 415

Edito du numéro 415

ATTENTION AU PIÈGE AFGHAN

Un groupe d’officiers de Gendarmerie est actuellement à Kaboul en “éclaireur”, pour participer à la création d’un camp d’entraînement destiné à former la future police afghane, autant dire des milliers d’hommes. Une trentaine de militaires de la Gendarmerie doivent venir en renfort durant l’été, et le reste du contingent (au total 150 hommes, volontaires ou désignés d’office, officiers et sous-officiers) arrivera fin septembre, voire, au plus tard, en octobre.

Ces personnels sont intégrés dans la Force de gendarmerie européenne, à l’effectif d’environ 500 militaires – espagnols, portugais, néerlandais et roumains. Des hommes qui constitueront, sous l’autorité d’un général français, le premier véritable engagement de la FGE depuis qu’elle est opérationnelle, c’est-à-dire depuis le mois de juillet 2006.

Employés principalement dans les districts, tenus par l’armée française, de Surobi et de Kapissa, au nord-est de Kaboul, les gendarmes français, équipés par l’armée de Terre notamment en PVP (petits véhicules protégés), auront une double mission : transmettre leur propre “savoir” aux policiers afghans, et tenir un rôle de “conseillers techniques en matière de police”, ce qui suppose un déplacement dans les commissariats locaux, où ils exerceront une sorte de tutorat.

Nous sommes évidemment satisfaits de cette reconnaissance de la FGE, qui met en relief une nouvelle fois le caractère nécessairement militaire de la Gendarmerie. Une force privilégiée, destinée à prendre en charge des missions spécifiques qu’elle a vocation d’accomplir au sein d’une Europe où les polices militaires sont incontestablement légitimées. On peut dire que la Gendarmerie reprend sa valeur de produit d’exportation, si vous me passez l’expression… Elle va livrer son modèle en Afghanistan, et j’entends même dire qu’elle pourrait aller en Irak… Il sera quand même difficile, après ce regain de succès hors de France, de continuer à prétendre que la police doit être uniquement l’affaire de civils ! Suivez mon regard…

D’un autre côté, nous sommes également inquiets de la désignation d’office de gendarmes pour accomplir une mission qui évoque, pour les plus anciens, les guerres d’Indochine et d’Algérie. On est en droit d’espérer que l’on ne va pas s’engager dans une opération de longue durée, nécessitant l’organisation de relèves ; et, surtout, que la formation des militaires sera à la hauteur de la mission annoncée. L’Afghanistan est un pays en guerre. Toutes les précautions doivent être prises pour donner aux gendarmes les matériels de protection et de circulation permettant de garantir une sécurité efficiente dans un pays de danger permanent.

L’exercice du tutorat sur le terrain doit obligatoirement être effectué avec un appui adapté de l’armée de Terre, française ou étrangère, avec une utilisation de blindés, pour éviter les mines et les guets-apens… La sécurité de nos forces doit être notre premier souci.

A voir également

27 escadrons à Paris pour la manifestation de ce 10 décembre contre la réforme des retraites

Selon nos informations, près de 47 unités de forces mobiles seront déployées pour la manifestation du 10 décembre dans la capitale.