mardi 24 avril 2018
Accueil / L'actualité Occitanie / Écobuage : un éleveur renvoyé devant le tribunal pour incendie volontaire
Photo d'illustration (S.D/L'Essor).

Écobuage : un éleveur renvoyé devant le tribunal pour incendie volontaire

Un éleveur, interpellé en flagrant délit d’écobuage sauvage puis placé en garde à vue dimanche à Auzat en Ariège, a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Foix pour “incendie volontaire“, a-t-on appris de source judiciaire. Le journal La Dépêche précise que sa garde à vue a commencé à la brigade de gendarmerie de Tarascon avant d’être prolongée à celle de Pamiers.

Le prévenu, qui devait être jugé mardi dans le cadre de la procédure de la comparution immédiate, a demandé un délai pour préparer sa défense.

Il sera jugé le 10 novembre pour “incendie volontaire ayant détruit 8 hectares de la forêt domaniale du Montcalm appartenant à l’Office nationale des forêts (ONF)“.

L’éleveur, un des responsables de l’Association pour la sauvegarde du patrimoine d’Ariège-Pyrénées (ASPAP), a été placé sous contrôle judiciaire puis est sorti du tribunal sous les applaudissements d’une centaine de personnes venues le soutenir, a constaté un correspondant de l’AFP.

Lundi, une soixantaine de personnes avaient manifesté devant la gendarmerie de Pamiers où l’éleveur avait été placé en garde à vue, selon la même source.

Nous ferons état de l’écobuage et rien que de l’écobuage” lors du procès en novembre, a dit mardi à l’audience Karline Bouisset, procureure de la République à Foix, en réponse au président de la Chambre de l’agriculture de l’Ariège, François Toulis, qui reproche aux autorités publiques d’exercer une forte pression sur les éleveurs opposés aux ours.

Selon Mme Bouisset, M. Toulis a envoyé dans la nuit de lundi à mardi un courriel à la garde des Sceaux et ministre de la Justice, Nicole Belloubet, dans lequel il dénonce “les moyens disproportionnés employés par la police et la gendarmerie contre les éleveurs” qui “se retrouvent dans des situations impossibles” à cause des prédations oursines. Il affirme craindre qu’un jour “l’irréparable se produise“.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !