vendredi 22 juin 2018
Accueil / A la une / Emouvante communion républicaine aux Invalides pour le colonel Beltrame (diaporama et vidéos)

Emouvante communion républicaine aux Invalides pour le colonel Beltrame (diaporama et vidéos)

 La République a rendu un hommage émouvant et solennel mercredi en fin de matinée dans la cour d’honneur des Invalides au lieutenant-colonel Arnaud Beltrame qui a  “accepté de mourir pour sauver une vie” .
 Au cours d’une cérémonie sobre et empreinte de militarité, et en présence de la ministre des Armées, du chef d’état-major des armées, le général François Lecointre, des chefs d’état-majors et inspecteurs généraux des armées  de Terre, de l’Air et de la Marine Nationale, le président Emmanuel Macron a salué “l’immense courage” de l’officier de Gendarmerie qui a “accepté de mourir pour sauver une vie“. Il a été tué par un terroriste le vendredi 23 mars à Trèbes (Aude) après avoir pris la place d’une otage. 

Citation à l’ordre de la Nation du colonel Beltrame ( capture d’écran)

Le président a déposé la cravate de commandeur de la Légion d’honneur sur le cercueil de l’officier. Un honneur exceptionnel puisque c’était la première fois qu’un militaire était directement nommé à ce grade à titre posthume. Promu colonel au troisième chevron de l’échelon spécial de ce grade par le président de la République selon un décret publié au journal officiel, le colonel Beltrame a été cité à l’ordre de la Nation.

 Arnaud Beltrame “incarnait l’esprit de résistance

 Devant l’ensemble du monde politique – gouvernement,  quelque 560 parlementaires, anciens présidents (Nicolas Sarkozy et François Hollande) et ex-premiers ministres -, et les familles, le président de la République a dit qu’Arnaud Beltrame “incarnait l’esprit de résistance“.  Il a cité les noms  de Jean Moulin, de Pierre Brossolette et des maquisards du Vercors.

Un parcours exceptionnel dans la Gendarmerie

 Relevant le “parcours exceptionnel dans la Gendarmerie” d’Arnaud Beltrame qui a été promu colonel à titre posthume, Emmanuel Macron a assuré que l’officier “lucide et décidé” avait pris la décision de prendre la place de l’otage par “fidélité à ses valeurs“. Pour le chef de l’Etat, “il n’aurait laissé sa place à personne car l’exemple vient du chef“, faisant ainsi preuve d’un “immense courage“.

Dans son éloge funèbre, le président de la République a rendu un vibrant hommage à l’officier, saluant le geste héroïque et le sacrifice d’un homme pour lequel la vie de l’employée prise en otage, et plus largement la vie des autres, comptait

 “Elle comptait même plus que tout, car elle était, comme toute vie, la source de sa vocation de servir. Accepter de mourir pour que vivent des innocents, tel est le cœur de l’engagement du soldat. Être prêt à donner sa vie, car rien n’est plus important que la vie d’un concitoyen, tel est le ressort intime de cette transcendance qui le portait.”

Je rends ici hommage aux forces de gendarmerie de l’Aude, à leur chef, au chef du GIGN de l’antenne de Toulouse et à ses hommes, dont deux ont été blessés en menant l’assaut. Tous sont durement éprouvés par la perte de leurs camarades, a poursuivi le Président. Les Français n’oublient pas non plus le tribut payé par toutes nos forces de sécurité sur le sol national et par nos forces armées sur les théâtres extérieurs. Tous ont droit à notre respect inconditionnel et tous partagent la certitude profonde qui animait le colonel Beltrame, celle que son destin ne lui appartenait pas tout à fait, qu’il avait partie liée avec quelque chose de plus élevé que lui-même. Car il était un engagé et il avait juré de faire corps avec un idéal plus grand et plus haut, et cet idéal, c’était le service de la France.

Ce que nous combattons, a-t-il ajouté dans son discours d’une vingtaine de minutes, c’est cet islamisme qui progresse,  ennemi insidieux“. A la fin de la cérémonie, le cercueil a été porté par dix gendarmes issus des unités dans lesquelles le colonel Beltrame a servi (1 er RI de la Garde républicaine, compagnie d’Avranches, gendarmerie mobile,  groupement de l’Aude) et des élèves officiers de l’Ecole des officiers de Gendarmerie et de l’Ecole militaire interarmes,  dont Arnaud Beltrame était sorti major. A noter que le 35 ème Régiment d’artillerie parachutiste ( 35 ème RAP) dans lequel Arnaud Beltrame avait effectué son service national comme aspirant puis servi en tant qu’officier de réserve en situation d’activité était représenté.

 Au son de la Marche funèbre, le cercueil, recouvert d’un drapeau tricolore, a quitté la cour d’honneur, suivi par la famille.
A l’extérieur de l’Hôtel national des Invalides, des Parisiens et des touristes ont applaudi le cortège funèbre.

La rédaction de l’Essor
(1) L’UNPRG était représentée par son président national Henri Martinez et le porte-drapeau, Jean Panelé.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A voir également

Des gendarmes de l'armement à Eurosatory (crédit photo: GT/L'Essor).

Dans les salons de la défense, la Gendarmerie de l’armement veille

Vous les avez sans doute remarqués : à chaque salon de la défense, des gendarmes veillent. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *