mercredi 22 mai 2019
Accueil / A la une / Un nouveau cas de mal-être chez les gendarmes de Matignon
Photo d'illustration (S.D/L'Essor).
Photo d'illustration (S.D/L'Essor).

Un nouveau cas de mal-être chez les gendarmes de Matignon

Un gendarme du deuxième régiment d’infanterie de la Garde républicaine, chargé de la sécurité de Matignon, a été placé le mois dernier en arrêt-maladie pour cause de mal-être professionnel, apprend L’Essor, confirmant une information du site Atlantico dévoilée la semaine dernière.

Ce garde républicain serait âgé d’une cinquantaine d’années, selon les informations obtenues par L’Essor. Le militaire travaillait au sein d’une cellule basée à Matignon avec l’un des officiers mis en cause dans une lettre anonyme. Ce courrier révélé en août 2018 avait fait du bruit. Signé “les gendarmes de la compagnie de sécurité de l’hôtel de Matignon”, il dénonçait les conditions de travail. Le texte pointait en particulier un “profond malaise” et un “surmenage”.

Lire aussi sur L’Essor: Des gardes républicains de Matignon dénoncent leur surmenage dans une lettre anonyme (actualisé)

Matignon: un mal-être qui questionne

L’arrêt-maladie de ce militaire remet donc sur le devant de la scène la question du mal-être des gendarmes de Matignon. Selon un garde républicain contacté par L’Essor, ce nouveau cas de mal-être professionnel serait bien lié au management de l’unité. La lettre anonyme mentionne en tout sept cas de “fatigue professionnelle” en deux ans.

Mais une autre source interne dément cette version, évoquant à propos du nouvel arrêt-maladie un cas de harcèlement sans lien avec le commandement. Contactée, la direction générale a indiqué à L’Essor que le mal-être du garde, une “situation individuelle“, avait bien été prise “en compte par le commandement militaire“.

Depuis la publication de la lettre anonyme, une mission d’évaluation interne a rendu ses conclusions. L’un des officiers mis en cause a pris ses permissions avant sa mutation. Entre-temps, la compagnie de sécurité de l’Hôtel de Matignon a été touchée par un drame. Le 5 novembre, un garde s’est donné la mort dans l’enceinte de l’Hôtel, son arme de service à ses côtés.

Lire aussi sur L’Essor: Info L’Essor – Le commandant de la compagnie de sécurité de Matignon sur le départ

Gabriel Thierry

A voir également

Lors de la manifestation des Gilets jaunes du samedi 20 avril (Ph: GT/L'Essor).

Le Conseil d’Etat refuse de suspendre la grenade GLI-F4

La Ligue des droits de l'homme et l'Action des chrétiens pour l’abolition de la torture avaient saisi la plus haute juridiction administraive en référé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !