lundi 22 juillet 2019
Accueil / Brèves / Un ancien commandant de brigade de l’Oise condamné pour violences conjugales et conduite en état d’ivresse

Un ancien commandant de brigade de l’Oise condamné pour violences conjugales et conduite en état d’ivresse

Un ancien commandant de brigade de l’Oise a été condamné à 6 mois de prison avec sursis pour “violences aggravées et conduite en état d’ivresse” par le tribunal correctionnel de Compiègne à la suite de ce que son avocate a décrit comme “un gros dérapage” relate Le Parisien.

L’adjudant-chef, qui compte 31 ans de service, a été dans un premier temps suspendu de ses fonctions à la suite des faits et a été muté dans un autre département selon le journal.

Relatés à l’audience, les faits remontent au 26 janvier dernier et présentent un côté surréaliste. Une violente dispute conjugale avait éclaté au domicile du gendarme au retour d’un apéritif et la compagne de l’homme avait reçu plusieurs gifles et avait été jetée à terre à au moins deux reprises.

Deux jeunes gendarmes, alertés par une voisine,  étaient intervenus chez leur gradé pour s’interposer mais ce dernier avait quitté les lieux et pris le volant de sa voiture. Les deux jeunes gendarmes avaient tenté de l’en empêcher et l’un d’eux s’était même placé devant la voiture, les mains sur le capot. Mais le gradé avait quand même démarré, traînant son subordonné sur une distance évaluée à au moins 25 m.

A la barre, l’auteur présumé a contesté les faits en assurant ne pas avoir vu le jeune homme sur son capot.

Après avoir pris la fuite à pied, l’adjudant-chef avait été interpellé près d’1 km plus loin, et a alors essayé de se saisir de l’arme du gendarme qui tentait de le maîtriser.

Il a été placé en garde à vue. Cité par le Parisien, le gradé a fait profil bas. ” Les gendarmes sont là pour montrer et l’exemple. J’en subis aujourd’hui les conséquences”.

A voir également

Intelligence artificielle: un projet de la Gendarmerie sélectionné

La Gendarmerie va obtenir un coup de pouce pour un de ses projets sur l'intelligence artificielle: l'amélioration du système de la pré-plainte en ligne.

2 Commentaires

  1. C’est bien cette femme battue a été secourue en espérant qu’elle ne sera pas psychologiquement car même quand on s’enfuit ca continue et ca s’arrete jamais.

  2. Démonstration ! La violence “ordinaire”, celle commise dans le cercle familial et très souvent à l’encontre des femmes, n’a rien à voir avec un quelconque statut social.
    Cela relève de la pathologie et cela se soigne.
    C’est une contagion qui gangrène la vie familiale au quotidien et laisse des traces aussi chez les enfants.
    La violence physique et psychologique est inacceptable.
    Devenir un adulte aimant et respectueux, c’est possible !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *