samedi 19 octobre 2019
Accueil / A la une / Suicide d’un gendarme mobile du Calvados

Suicide d’un gendarme mobile du Calvados

Un quatrième suicide endeuille, hélas, l’Arme cette année. Un gendarme mobile de l’escadron 24/3 d’Aunay-sur-Odon (anciennement Les-Monts-d’Aunay, dans le Calvados) a mis fin à ses jours ce lundi matin 6 mai.

Lire aussi sur L’Essor: Un gendarme se suicide à La Réunion

Le militaire s’est tué avec son arme de service dans son logement de service. Le gendarme était âgé de 32 ans et père d’un enfant. Une enquête a été ouverte. Outre les quatre gendarmes qui se sont donnés la mort en 2019, vingt-huit policiers et deux sapeurs-pompiers ont mis fin à leurs jours depuis janvier 2019.

Une cellule alerte prévention suicide pour la Police

Une tendance inquiétante qui a poussé le ministre de l’Intérieur à agir sur ce sujet. Le 29 avril dernier, il a installé un nouveau dispositif, la “Cellule alerte prévention suicide” (Caps) pour la Police nationale.

L’Essor adresse ses condoléances attristées à la famille, aux proches et aux camarades de ce gendarme.

A voir également

Le forcené tué dans l’Oise, un “suicide by cop”

C'est, comme disent les Américains, un "suicide by cop". Le forcené d'Ercuis a crié "Tuez-moi, tuez-moi" aux gendarmes du GIGN en leur tirant dessus.

6 Commentaires

  1. Ces suicides en masse sont dans la Police et Gendarmerie Nationale la preuve d’une défaillance grave dans le système; il faut agir!!!

  2. Paix pour ce gendarme de 32 ans, respect pour ce qu’ il a fait au service de l état et compassion à sa famille et à ses amis. Pourquoi il en est arrivé là va t on une nouvelle fois nous annoncer des raisons personnelles..C est tellement classique ..

  3. Francesco

    Vincent repose en paix😢🕊️😢

  4. niout

    Affligeant dans cette société “psychologiquement encadrée” de voir des professionnels manifester une révolte de terrible façon. Leur ultime geste attire l’attention sur un mal être, des conditions de travail, un désespoir. Cela me révolte de constater cela et je déplore qu’aucun camarade ou qu’aucun supérieur n’ait eu la bonne volonté d’aider cet homme. Devant le désarroi la tristesse une dépression de ces victimes il est primordial d’afficher un soutien des proches familiaux comme professionnels une humanité sincère. L’ égoïsme ambiant qui semble maintenant de mise, excuse toute culpabilité personnelle. Mais cette indifférence détruit la confiance la force du groupe et efface le principe fondamental de “Frère d’Armes”. Cette noble notion a disparu pour être remplacée par un l’esprit de compétition, le challenge élitiste destructeur rentabilité. Je plains tous ceux qui subiront un moment de faiblesse les sensibles qui ne pourront plus trouver une épaule pour se reposer une oreille pour les écouter et des camarades pour avancer. Condoléances attristées et pensées affligées à tous ceux qui paratgent la douleur et à sa famille.

  5. FAIRISE

    – Ancien de l’ arme (32 ans de service), âgé de 77 ans, gendarmerie mobile 5 ans, le reste en départementale – une carrière de sous-officier complète (Adjt-Chef), la situation de ces familles
    dont les logements seraient plutôt insalubres que salubres me laisse perplexe. Je pensais que cela ne
    devait plus exister ou du moins réduit à sa plus simple expression.
    – Ces soldats de la LOI méritent largement notre reconnaissance respect et considération notamment
    pour ce qui est de leur cadre de vie, qu’ ils soient mariés ou pas.
    – Pour ce qui est de l’ OPHLM, il me semble plus que normal de faire en sorte qu’ il soit mis en face
    de leurs responsabilités de loueur ainsi que le prévoit la réglementation en la matière.
    – Pour parler “un peu” d’ économie, il me revient à l’ esprit une phrase de mon grand’ père paternel,
    au sujet de 14-18 (période mémoire encore “vivace”) -Défendons l’ hexagone coût que coûte,
    ne faisons pas la guerre ailleurs et ne baissons pas “la garde” – vaste programme mais économies
    certaines…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *