mardi 17 septembre 2019
Accueil / A la une / Suicide d’un gendarme de l’Ardèche
Essor- illustration deuil
La gendarmerie est de nouveau en deuil après ce décès (Photo d'illustration)

Suicide d’un gendarme de l’Ardèche

Nouveau suicide dans l’Arme. Un gendarme de 48 ans, affecté au peloton spécialisé de protection de la Gendarmerie (PSPG) de Cruas, a mis fin à ses jours annonce le Dauphiné Libéré.

Le militaire, père de cinq enfants, s’est suicidé avec son arme de service mercredi en fin d’après-midi à son domicile situé dans un lotissement du village. L’enquête a été confiée à la brigade de recherches du Teil.

Dix gendarmes se sont donnés la mort en 2019 et un a tenté de suicider. En 2018, ce sont 33 militaires de la Gendarmerie qui ont mis fin à leur jour.

Lire aussi sur L’Essor: : Un gendarme de la Haute-Garonne tente de se suicider 

 

A voir également

Le général d'armée Richard Lizurey, directeur général de la Gendarmerie nationale (Photo d'illustration S.D/L'Essor).

La succession de Richard Lizurey est ouverte

Après l'adieu aux armes du général d'armée Richard Lizurey, le 15 octobre, qui sera le nouveau directeur général de la Gendarmerie?

3 Commentaires

  1. Bonjour
    Je suis femme d un gendarme en retraite et je ressens un colère manifeste de constater autant de décès dans la gendarmerie et chez les policiers…..suicides bien sûr.
    Je pense qu il ne devrait pas garder leurs armes à leur domicile ce qui peut ne rien changer certes….
    Le gouvernement se s en émeut même pas et ne n intervient surtout pas et feint d ignorer le problème.
    Je pense sue le côté relationnel manque avec les commandants de compagnie et la gendarmerie étant une armée je suis déçue du peu d egard pour étudier d où viennent ces problemes.
    On leur demande beaucoup mais avant encore plus…je ne voyais jamais mon mari.
    C est comme partout il y a des gendarmes humains et d autres pas du tout qui méprisent mais il y aussi des faibles et à la sélection et je dirais là aussi que ce n est pas comme avant on prend sans beaucoup de critères suivant des endroits
    Soutien à la gendarmerie qui reste une armée proche des Français et disponibles mais pas assez nombreux.
    Et courage aux familles face à ces scènes de suicide qui laissent des traces
    G Tessier

  2. Bouquard

    Au lieu de compter les morts peut être se poser la question pourquoi au même endroit ???les gendarmes sont des gens responsables en arriver là ?

  3. Sincères condoléances à cette famille…… Par expérience…. Dans certains cas… quand on est obligé de prendre certains traitements médicaux… Cela entraînent des modifications sur le comportement qui abouti à divers réactions !!! Quand on en arrive là c’est que l’on est déjà plus soi-même et que plus rien ne compte !!! Gradés ou pas !!! Les réactions sont imprévisibles et pour tenir face à la pression sphycologique du quotidien… Il est bien entendu qu’il faut s’aider d’un traitement médical qui par ailleurs peut se révéler sur le temps à ne plus faire son efficacité comme il se doit !!! LE RÉSULTAT vous le connaissez…

  4. Condoléances à vous tous !!!!

  5. Lartigau

    Bonjour
    Mes condoléances déjà à sa famille…, à ses proches et collègues qui tenaient à lui.
    Après, comme + haut, je m’interroge sur tant de décès parmis les forces de l’ordre. Les causes (car je pense qu’il y en a plusieurs).
    Et sûrement une interrogation sur l’avenir de notre pays, de nous, quand on voit ce qu’on voit… et tout ce qui va avec, qu’on est Français, qu’on a des valeurs, et qu’on voit ce qui est et devient aujourd’hui…
    Il faudrait pouvoir vraiment resserrer les rangs, savoir sur qui pouvoir vraiment compter, et pouvoir se soutenir les uns les autres.
    Mais il faut savoir, et surtout pouvoir. Ce qui semble devenir de + en + difficile.
    En + de ce que peut-être certains savent et que simple citoyen ne sait pas forcément.
    En tout cas, pour ceux encore là, courage. Il faut essayer de tenir et de se soutenir et de s’entraider les uns les autres. Essayer au moins.
    Et réfléchir à des idées pour contourner la montagne pour survivre. Car sinon?

  6. Lartigau

    Pensez à Jean Moulin, ce qu’il cherchait à faire, ce qu’il était et a fait. Idem Tom Morel. S’ils n’avaient pas été là et cherché à tenir jusqu’au bout? Et leurs proches? Et ceux qui ont pris leur relais alors qu’ils savaient “ça”?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *