mercredi 27 janvier 2021
Accueil / Brèves / Rave-party à Saint-Marcellin : une centaine de fêtards verbalisés
Une rave-party. Image d'illustration (Photo Flickr)
Une rave-party. Image d'illustration (Photo Flickr)

Rave-party à Saint-Marcellin : une centaine de fêtards verbalisés

Une centaine de verbalisations ont été adressés aux participants à une rave-party sauvage a annoncé lundi la Gendarmerie de l’Isère. Malgré le confinement, 200 “teufeurs” ont investi une friche industrielle à Saint-Marcellin, vers 19 heures samedi.

Destinée à des travaux“, le lieu a été occupé “sans l’accord du propriétaire“. C’est ce qu’a indiqué à l’AFP le commandant de la brigade de Saint-Marcellin, Silvère Giop. Il confirmait ainsi une information du quotidien régional Le Dauphiné libéré.

Les gendarmes ont d’abord tenté de s’interposer mais ils ont subi des jets de pierre. Face à l’afflux de fêtards, les forces de l’ordre ne sont plus intervenues. Elles ont préféré éviter “une escalade de violence” sur un site jonché de gravats et de nuit, malgré la gêne occasionnée aux riverains. En outre, “le cadre légal permettant de confisquer le matériel à partir de 500 personnes n’était pas applicable“, a précisé le commandant Giop.

Une centaine de procès-verbaux dressés par les gendarmes à la fin de la rave-party

La rave party s’est prolongée jusqu’au dimanche matin. En fin de matinée, les organisateurs de la rave ont fait brûler leur sono sur les lieux.

De leur côté, les gendarmes ont profité du départ des fêtards pour procéder à des contrôles d’identité. Plus d’une centaine de procès-verbaux ont été dressés pour des infractions liées au non-respect du confinement. Il s’agissait notamment d’attestations dérogatoires non conformes. Une dizaine de délits ont également été sanctionnés pour infractions routières et détention de stupéfiants.

Lire aussi: Creuse : garde à vue pour cinq personnes accusées d’avoir volé une voiture pour se rendre à une free party

Le propriétaire du site a déposé plainte pour intrusion et occupation illégale. Par ailleurs, une enquête a été ouverte par la compagnie de gendarmerie de Saint-Marcellin pour mise en danger de la vie d’autrui. Il s’agit maintenant de retrouver les organisateurs de cette soirée.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.