lundi 30 novembre 2020
Accueil / Brèves / Les gendarmes de Marseille chargés de l’enquête sur la mort d’une ancienne cheffe du renseignement territorial
Un enquêteur d'une brigade de recherches. Photo d'illustration (Crédit photo: GT/ L'Essor).
Un enquêteur d'une brigade de recherches. Photo d'illustration (Crédit photo: GT/ L'Essor).

Les gendarmes de Marseille chargés de l’enquête sur la mort d’une ancienne cheffe du renseignement territorial

Les gendarmes de la section de recherches de Marseille et de la brigade de recherches de Gap viennent d’être chargés d’une affaire sensible: une enquête sur la mort d’une ancienne cheffe locale du renseignement territorial.

C’est La Provence qui a dévoilé l’ouverture de cette enquête judiciaire hier. Les gendarmes vont en effet enquêter sur la mort de l’ancienne chef du renseignement territorial des Hautes-Alpes. Le corps de la jeune retraitée laisse peu de doute sur le caractère criminel des faits. Elle venait de se retirer cet été.

Lire aussi: Renseignement territorial: les directeurs de la Police et de la Gendarmerie pour une coopération renforcée

Scène macabre

Selon le procureur de la République de Gap, la tête de Martine B. était coincée entre le volet et la porte-fenêtre. Un sac plastique recouvrait son visage. Une laisse de chien et un câble électrique enroulés autour du cou complètent cette scène macabre. Elle avait 57 ans.

Les gendarmes tentaient depuis la veille de joindre la policière, qui vivait à Montgardin près de Gap. Les forces de l’ordre venaient d’arrêter son fils de 16 ans à Briançon dans une affaire de cannabis. Placé en garde à vue mardi soir pour homicide, il a depuis a reconnu avoir tué sa mère. La justice a d’ailleurs demandé une autopsie pour en savoir plus sur cette affaire. L’adolescent doit quant à lui être présenté à un magistrat du pôle criminel de Grenoble en vue d’une probable mise en examen par un juge d’instruction.

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. Homicide à caractère familiale, le fils aurait été trouvé en possession de la carte bancaire de sa mamaN;
    La dernière fonction exercée par la victime ne justifierait donc pas l’accroche que pouvait laisser suggérer l’annonce du média régional. Fantasme quand tu nous tiens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.