mardi 29 septembre 2020
Accueil / A la Une / Le meurtrier du major Rusig, un multirécidiviste devant les assises de l’Ariège
Cérémonie d'hommage au chef d'escadron Christian Rusig à Tarascon-sur-Ariège (09) (Photo Gendarmerie nationale).
Cérémonie d'hommage au chef d'escadron Christian Rusig à Tarascon-sur-Ariège en novembre 2016 (Photo Gendarmerie nationale).

Le meurtrier du major Rusig, un multirécidiviste devant les assises de l’Ariège

Le portrait du major Rusig lors de l’hommage national (Photo DR)

Le procès du meurtrier du major Christian Rusig, s’ouvre ce lundi devant les assises de l’Ariège. Loïc Gekière, 34 ans, avait délibérément percuté le gendarme le 26 novembre 2016 lors d’une course-poursuite en Ariège. Cet homme, totalisant 24 condamnations, risque la perpétuité. Il est jugé pour “meurtre sur une personne dépositaire de l’autorité publique”. 

Il fonce délibérément sur le gendarme

La cour d’assises juge donc à partir de ce lundi ce délinquant. Le major Rusig commandait depuis 2011 la brigade de Tarascon-sur-Ariège. Il était à quelques mois de la retraite lorsque le drame est survenu. Un hommage national avait été rendu à ce père de deux enfants, promu chef d’escadron à titre posthume.

Lire aussi sur L’Essor: Gendarme tué en Ariège : le chauffard, un repris de justice, roulait sans permis. (2 ème actualisation)

Ce samedi 26 novembre 2016, une patrouille de deux gendarmes rentre d’intervention entre les communes d’Ussat et de Tarascon-sur-Ariège. Le major Rusig et un camarade constatent le comportement suspect d’un véhicule faisant demi-tour. Ils le prennent en chasse.

Le fuyard s’engage sur un chemin de terre et de gravier, mais est contrait de faire demi-tour. Il se retrouve alors face au véhicule de Gendarmerie, placé en travers. Le major est sorti de la voiture. Il ne peut pas ne pas être vu. Il porte en effet sa chasuble jaune avec bandes réfléchissantes. Le chauffard  lui “fonce délibérément dessus” dira ensuite le parquet et le percute.

Le major tombe à terre. Grièvement blessé, il est héliporté à l’hôpital Purpan à Toulouse, où il décède à 05H00 le dimanche.

Le tueur est immédiatement interpellé par l’autre gendarme, un militaire expérimenté de 48 ans. Alors que les renforts ne sont pas encore arrivés sur place,  il le met en joue avec son arme de service. Son “sang froid exceptionnel” est souligné par le procureur.

“Je vous avais prévenu” 

Menotté dans la voiture, le suspect lance aux gendarmes un glaçant : “Je vous avais prévenu”.

Quelques heures après les faits, le procureur révèle que le meurtrier avait exprimé à plusieurs reprises sa volonté de tuer un gendarme.

Selon le commandant de la brigade d’Ax-les-Thermes, Gekière aurait tenu des propos prémonitoires aux gendarmes : “La prochaine fois, ce sera vous ou moi”.

Sa compagne Sandy, 24 ans, est poursuivie pour complicité de conduite sans permis, un délit connexe.

Le procès doit s’achever vendredi.

Ariège : l’hommage de Bernard Cazeneuve au chef d’escadron Christian Rusig

 

 

 

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *