samedi 6 juin 2020
Accueil / Brèves / Le C3N va recruter un “expert de haut niveau” en intelligence artificielle
Le nouvel écusson du C3N (Crédit photo: DR).
Le nouvel écusson du C3N (Crédit photo: DR).

Le C3N va recruter un “expert de haut niveau” en intelligence artificielle

Le Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) de la Gendarmerie cherche un expert de “haut niveau” en intelligence artificielle. Candidature à présenter avant le 10 mai et poste disponible le 1er septembre.

L’avis de vacance d’emploi vient en effet de paraître ce samedi au Journal officiel. Le C3N fait partie du Service central du renseignement criminel (SCRC). C’est l’un des services du Pôle judiciaire de la gendarmerie nationale (PJGN) basé à Pontoise (Val d’Oise).

Il pilote et appuie donc l’action de la Gendarmerie contre la cybercriminalité. Il mène et coordonne aussi les enquêtes nationales sur la cybercriminalité. Ses gendarmes patrouillent en permanence sur internet pour y détecter et collecter les preuves des infractions. Les cyber enquêteurs forment une chaîne de près de 5.000 gendarmes.

Lire aussi: Le C3N débusque une vente illicite de masques FFP3

Officier commissionné au grade de capitaine ou de chef d’escadron

L’avis de vacances d’emploi détaille. Poste de niveau master ou doctorat “dans une dominante des sciences informatiques avec spécialité intelligence artificielle et/ou sécurité des réseaux”. Cinq ans minimum en qualité d’officier commissionné, avec un contrat initial de cinq ans au grade de capitaine ou de chef d’escadron, “selon son expérience et son niveau de qualification”. Chargé de missions liées à la “recherche scientifique dans le domaine de l’intelligence artificielle et/ou de la sécurité des architectures réseaux”.

Analyste criminel, guide de haute montagne ou piroguier

La Gendarmerie recrute régulièrement des sous-officiers et des officiers commissionnés. Pour un contrat initial de deux à cinq ans. Avec un maximum de dix-sept ans. Et pour des métiers aussi différents: musicien à la Garde républicaine, expert en systèmes d’information, analyste en renseignement criminel, pilote d’hélicoptères, guide de haute montagne et même piroguier en Guyane.

PMG

3 Commentaires

  1. Paul Bismuth

    Il faut trouver la personne qui va avoir ces compétences et accepter de travailler pour si peu.
    Et puis surtout qu’il ait les moyens de travailler!

    La gendarmerie essaie de s’adapter:
    https://lessor.org/officiel/la-service-des-technologies-et-des-systemes-dinformation-recrute-deux-geomaticiens/

    Par exemple, pour le contrôle de la population qui n’est hélas plus un tabou, certains expérimentent déjà:
    https://forcesoperations.com/covid-19-une-application-de-suivi-testee-par-la-bundeswehr/

    Mais cela ne vaut pas la puissance des GAFAM américains engendrés par les Etats-Unis:
    https://www.latribune.fr/technos-medias/internet/tracking-sur-smartphone-apple-et-google-s-allient-pour-le-suivi-des-donnees-844950.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *