samedi 14 septembre 2019
Accueil / A la une / La CGT et la Ligue des droits de l’homme demandent au Conseil d’Etat de suspendre le LBD
Un lanceur de balles de défense de 40 mm (Crédit photo: MG/L'Essor).
Un lanceur de balles de défense de 40 mm (Photo/MG/L'Essor).

La CGT et la Ligue des droits de l’homme demandent au Conseil d’Etat de suspendre le LBD

Le tribunal administratif ayant retoqué vendredi dernier leur demande à la veille d’une expérimentation par les forces de l’ordre de caméras-piétons , c’est le Conseil d’Etat qui doit désormais examiner ce mercredi les recours déposés en urgence par la CGT et la Ligue des droits de l’Homme. Le syndicat et l’association demandent la suspension de l’usage du lanceur de balles de défense (LBD) dans les manifestations.

Lire aussi sur L’EssorActe XI des Gilets jaunes avec les LBD-40 sous l’œil des caméras-piétons

La polémique sur le LBD-40 ne cesse de grossir, surtout après  la grave blessure à l’oeil à Paris de Jérôme Rodriguez, “une figure des “Gilets jaunes” qui affirme avoir été touché par une balle de défense, ce qui n’est pas établi. Une enquête confiée à l’IGPN permettra, ou pas, de le démontrer.

La grenade de désencerclement est aussi sur la sellette et dans le collimateur de plusieurs associations.

Lire aussi sur L’EssorL’Intérieur commande de nouvelles grenades à main de désencerclement

Au sein des forces de l’ordre, inutile de dire que la suspension des LBD serait très très mal vécue car les gendarmes et policiers ne disposeraient plus d’armes intermédiaires pour le maintien de l’ordre. Autant dire, que faire du “MO” avec un simple bâton de police va s’avérer très risqué.

D.C

 

 

A voir également

Prise de commandement Plays

Le général Jacques Plays officiellement à la tête de la région Occitanie

Le général de division Jacques Plays est le nouveau chef des  8000 gendarmes d'Occitanie depuis le mois d'août. Il succède au général Bernard Clouzot, nommé à la Direction générale chargé du retour d'expérience

3 Commentaires

  1. Swol

    Le problème avec cette arme est dans son emploie par du personnel comme les bacs,qui manifestement détournent l,usage de ces dernières par un non respect des consignes.Deuxieme problème viendrait de la munition employée qui d,après le fabricant Suisse ne correspondrait pas au cahier des charges Suisse n,étant pas la cartouche d,origine du fabriquant.

  2. Niout

    C’est évident que les armes utilisées lors du maintien de l’ordre (grenades GLI-F4 et LBD) sont dangereuses qui plus est lorsqu’elles sont mal employées. Tous les accidents survenus lors des manifestations récentes sont le fait systématique de l’usage qu’en font les personnels de la police. Plus précisément le personnel des BAC qui s’en équipent quotidiennement sans en suivre la formation d’usage. On a pû voir à maintes reprises lors de reportages télévisuels l’usage fantaisiste qu’en font lors de tirs complètement injustifiés. Cependant, avec une formation encadrée raisonnée et un usage justifiée ce moyen légal est indispensable à la sécurité des forces de l’ordre. Il me semble que les escadrons de gendarmerie peuvent se glorifier de ne pas avoir de responsabilité dans le nombre de blessé par LBD. Ensuite et c’est logique le fait par un manifestant de ramasser volontairement une LGI à terre est totalement dangereux et déraisonné. Les blessures qui s’en suivent relèvent de la bêtise et la seule responsabilité de la victime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *