lundi 17 juin 2019
Accueil / Brèves / Gendarmes frappés à Paris : une association de gendarmes se porte partie civile
Le boxeur de la passerelle s'en prenant à un gendarme (Capture d'écran vidéo Le Parisien).
Le boxeur de la passerelle s'en prenant à un gendarme (Capture d'écran vidéo Le Parisien).

Gendarmes frappés à Paris : une association de gendarmes se porte partie civile

La principale association professionnelle nationale militaire de gendarmes, l’association Gendarmes & citoyens a décidé de se constituer partie civile dans le dossier des gendarmes frappés sur la passerelle Senghor à Paris samedi.

Dans cette affaire, un suspect, l’ex boxeur Christophe Dettinger,  est actuellement en garde à vue après s’être présenté de lui même à la police.

C’est en réaction à la cagnotte lancée en soutien de l’ex boxeur – et fermée ce midi par la plateforme Leetchi après qu’elle a suscité une polémique- que l’APNM a décidé de se constituer partie civile.

“Face à cette opération abjecte et en soutien à nos camarades gendarmes mobiles, conformément à notre capacité juridique, nous, Association Professionnelle Nationale Militaire Gendarmes & Citoyens avons décidé de nous constituer partie civile” justifie l’association sur son site.

Les sommes éventuellement allouées par la justice seront intégralement reversées aux gendarmes ayant été victimes d’agressions depuis le début des affrontements” poursuit l’APNM.

Lire aussi sur L’EssorQuelle peine encourt le boxeur, interpellé ce matin, qui s’en est pris aux gendarmes ce week-end?

A voir également

Le chauffard de Ham jugé à huis-clos aux assises pour protéger l’anonymat des gendarmes

Le chauffard ayant renversé et blessé deux gendarmes en juillet 2017 à Ham (Somme) est jugé à Amiens. Le procès devant les assises de la Somme débute ce jour et se tient à huis clos jusqu'au 19 juin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !