mardi 10 décembre 2019
Accueil / Brèves / Deux gendarmes des Yvelines blessés lors d’un blocage de lycée, un agresseur condamné
Photo d'illustration (S.D/L'Essor).

Deux gendarmes des Yvelines blessés lors d’un blocage de lycée, un agresseur condamné

Deux gendarmes ont été blessés ce lundi en sécurisant le lycée Jean-Monnet à la Queue-les-Yvelines, lors d’un blocage  relate le Parisien .

L’un d’entre eux a été ceinturé par plusieurs individus avant d’être tabassé. Les militaires ont également été la cible de jets de bombes artisanales confectionnées à base d’acide et d’aluminium.

L’agresseur majeur du militaire a été condamné à 6 mois de prison avec sursis et 3 mineurs ont été déférés devant le juge des enfants. Sur twitter, le colonel Loïc Baras, commandant du groupement des Yvelines a remercié les enquêteurs pour leur efficacité.

 

A voir également

Après le drame de la Préfecture de police de Paris, les services de renseignement vont être passés au peigne fin (Crédit photo: capture d'écran Cnews).

Un des quatre tués dans l’attentat de la PP déclaré “victime du terrorisme”

L'acte de naissance de l'employé de la préfecture de police de Paris poignardé le 3 octobre porte désormais la mention "victime du terrorisme".

6 Commentaires

  1. Mohamed

    Le majeur qui a ceinturé me gendarme s’en sort très bien comparativement au sort du gendarme qui a giflé un individu ayant importune son épouse.

    Triste…

    • MIKE

      A la lecture de l’article, c’est également ce que cela m’inspire ….

    • Alain SAUGET MUSSO

      Quelle honte ! Seul les gendarmes sous – officiers sont en première ligne, que font nos chers officiers de gendarmerie ! Selon la vieille devise c’est plutôt armez vous et partez que suivez moi et en avant !

  2. Verdin

    Décision honteuse ,ce voyou doit rigoler.juges archi gauchistes qui devraient aller eux même en prison pour encouragement à la violence

  3. MIKE

    A la lecture de l’article, c’est également ce que cela m’inspire ….

  4. Michel DAVOIGNEAU

    Pourquoi avec sursis ? Aujourd’hui, une partie des jeunes n’a plus aucune limite ni référence.
    La solution serait peut-être de les sortir de leur milieu et de leur montrer (fermement mais avec respect) que l’on peut vivre autrement et être heureux. Ca c’est pour les plus jeunes, “récupérables” ; pour les autres, je ne sis vraiment pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *