mardi 16 juillet 2019
Accueil / Brèves / Deux gendarmes des Yvelines blessés lors d’un blocage de lycée, un agresseur condamné
Photo d'illustration (S.D/L'Essor).

Deux gendarmes des Yvelines blessés lors d’un blocage de lycée, un agresseur condamné

Deux gendarmes ont été blessés ce lundi en sécurisant le lycée Jean-Monnet à la Queue-les-Yvelines, lors d’un blocage  relate le Parisien .

L’un d’entre eux a été ceinturé par plusieurs individus avant d’être tabassé. Les militaires ont également été la cible de jets de bombes artisanales confectionnées à base d’acide et d’aluminium.

L’agresseur majeur du militaire a été condamné à 6 mois de prison avec sursis et 3 mineurs ont été déférés devant le juge des enfants. Sur twitter, le colonel Loïc Baras, commandant du groupement des Yvelines a remercié les enquêteurs pour leur efficacité.

 

A voir également

Une troisième étoile pour six généraux et six colonels promus généraux en 2ème section

Six généraux sont promus "divisionnaires", dont trois en première section et six colonels sont nommés dans la 2ème section des officiers généraux.

6 Commentaires

  1. Mohamed

    Le majeur qui a ceinturé me gendarme s’en sort très bien comparativement au sort du gendarme qui a giflé un individu ayant importune son épouse.

    Triste…

    • MIKE

      A la lecture de l’article, c’est également ce que cela m’inspire ….

    • Alain SAUGET MUSSO

      Quelle honte ! Seul les gendarmes sous – officiers sont en première ligne, que font nos chers officiers de gendarmerie ! Selon la vieille devise c’est plutôt armez vous et partez que suivez moi et en avant !

  2. Verdin

    Décision honteuse ,ce voyou doit rigoler.juges archi gauchistes qui devraient aller eux même en prison pour encouragement à la violence

  3. MIKE

    A la lecture de l’article, c’est également ce que cela m’inspire ….

  4. Michel DAVOIGNEAU

    Pourquoi avec sursis ? Aujourd’hui, une partie des jeunes n’a plus aucune limite ni référence.
    La solution serait peut-être de les sortir de leur milieu et de leur montrer (fermement mais avec respect) que l’on peut vivre autrement et être heureux. Ca c’est pour les plus jeunes, “récupérables” ; pour les autres, je ne sis vraiment pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *