lundi 27 mai 2019
Accueil / Brèves / Des zadistes de Bure contestant leur contrôle judiciaire après des affrontements avec les gendarmes déboutés par la justice
Les gendarmes sont régulièrement insultés à Bure lors de leurs patrouilles (Photo/Gendarmerie nationale).

Des zadistes de Bure contestant leur contrôle judiciaire après des affrontements avec les gendarmes déboutés par la justice

Cinq zadistes de Bure, opposants au projet Cigéo d’enfouissement de déchets nucléaires ont été déboutés par la cour de cassation de leur demande d’annulation de leur contrôle judiciaire leur interdisant de se rendre à Bure ou dans les départements de la Meuse ou de la Haute-Marne et d’entrer en contact entre eux.
La haute juridiction a en effet validé les contrôles judiciaires de ces opposants poursuivis dans le cadre d’une enquête ouverte pour “association de malfaiteurs”  après de violents incidents ayant opposé des manifestants antinucléaires aux gendarmes à l’été 2017. Deux gendarmes avaient été blessés lors de ces affrontements.

La Cour de cassation a également validé l’interdiction pour l’un de ces militants d’entrer en contact avec son avocat, lui-même placé sous le statut de témoin assisté.

Le maintien de l’ordre à Bure est l’une des opérations les plus problématiques pour l’Etat qui doit faire face à une opposition de plus en plus organisée et médiatisée.

Après la mobilisation de personnalités dénonçant “la criminalisation” des actions des opposants et “le scandale d’état” que constituent ces contrôles judiciaires,   la ligue des droits de l’homme annonce sur Twitter  avoir décidé de mettre en œuvre une commission d’enquête sur le traitement judiciaire et les opérations de maintien de l’ordre concernant le site d’enfouissement des déchets à Bure. Elle sera présidée par M. Tubiana, président d’honneur de Bure.

Lire aussi sur L’Essor : Meuse : deux gendarmes blessés lors d’un affrontement avec des manifestants anti déchets nucléaires

Un zadiste condamné à 3 mois ferme pour avoir insulté un gendarme

Cette décision intervient quelques jours après la condamnation d’un zadiste à trois mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Bar-Le-Duc pour avoir insulté et menacé des gendarmes mobiles en avril. Le procureur de Bar-le-Duc, Olivier Glady, requis cette peine en soulignant  lors de l’audience le 16 octobre “que les gendarmes étaient soumis quotidiennement à ce type d’actes lors de leurs patrouilles de surveillance entre Bure et Mandres-en-Barrois.”

Lire aussi sur L’Essor3 mois avec ou sans sursis requis contre des zadistes de Bure prévenus d’avoir insulté et outragé des gendarmes

Ivre et le visage dissimulé cet  individu de 22 ans, avait insulté et menacé les gendarmes.
Un autre opposant, âgé de 31 ans, a écopé d’une peine de 3 mois de prison avec sursis pour avoir insulté et craché sur un gendarme en septembre rapporte le Républicain Lorrain
Le tribunal s’est en revanche montré plus clément avec un homme de 27 ans, relaxé, et avec trois autres opposants, condamnés à des amendes allant de 150 à 1.350 euros alors que des peines de trois mois de prison avec sursis avaient
été requises à leur encontre pour divers outrages et insultes.

A voir également

Gardes républicains dans la cour du palais de l'Elysée (MG/L'ESSOR)

La réforme de la sécurité de l’Elysée inquiète le créateur du GSPR

La future direction de la sécurité de la présidence de la République (DSPR) inquiète le colonel (ER) Alain Le Caro, le créateur du GSPR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !