samedi 6 juin 2020
Accueil / Brèves / Christophe Dettinger de nouveau mis en cause, son sursis en question
Le boxeur de la passerelle s'en prenant à un gendarme (Capture d'écran vidéo Le Parisien).
Le boxeur de la passerelle s'en prenant à un gendarme (Capture d'écran vidéo Le Parisien).

Christophe Dettinger de nouveau mis en cause, son sursis en question

Il y a un an, l’ex-boxeur Christophe Dettinger agressait deux gendarmes mobiles à Paris. Il est de nouveau mis en cause, cette fois-ci dans une affaire familiale.

Les gendarmes de la brigade de Lardy l’entendaient toujours, selon les informations de L’Essor, ce mercredi 8 janvier 2020 en fin d’après-midi. Les militaires de l’Essonne l’ont placé en garde à vue en fin de matinée, une info dévoilée par Le Parisien et Le Point. Ils ont interpellé l’ancien employé communal après un signalement de son ex-compagne. Les gendarmes le suspectent d’avoir bousculé son ancienne conjointe, sur fond d’altercation sur la garde des enfants. Son épouse, pas blessée, n’a toutefois pas porté plainte.

Lire aussi: La défense maladroite de Christophe Dettinger, condamné à 30 mois de prison (compte-rendu d’audience)

Christophe Dettinger condamné à du sursis

Avec cette nouvelle affaire, Christophe Dettinger, placé sous bracelet électronique en mai 2019, pourrait bien retourner en détention. L’ancien boxeur est sous la menace d’une révocation de son sursis. Tout dépendra de la qualification judiciaire qui sera retenue par le parquet d’Evry.

Le tribunal correctionnel de Paris avait en effet condamné en février 2019 Christophe Dettinger à 30 mois de prison aménageable en semi-liberté, dont 18 mois de sursis avec mise à l’épreuve. La justice l’avait sanctionné pour ses coups de poing contre les deux gendarmes de l’escadron 24/5 de Grenoble. Les images de la rixe avaient fait le tour du web en quelques heures, ce 5 janvier. Sur la passerelle Senghor, l’ancien champion du monde de boxe avait frappé un gendarme au sol puis enchaîné directs et crochets contre un second militaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *