mercredi 25 novembre 2020
Accueil / Brèves / 286 candidats supplémentaires admis aux concours de sous-officier de Gendarmerie
devenir gendarme recrutement concours sous-officier
Illustration (SD/L'Essor).

286 candidats supplémentaires admis aux concours de sous-officier de Gendarmerie

Dans une décision complémentaire, datée du 30 juillet 2020 et publiée ce mercredi 5 août au Journal officiel, 286 candidats supplémentaires sont admis au dernier concours de sous-officier de Gendarmerie.

C’est un carton plein pour le recrutement externe. Ils étaient 290 à figurer sur liste complémentaire suite à l’annonce en février des résultats de la session d’octobre 2019 du premier concours de sous-officier de Gendarmerie. Parmi eux, 34 avaient rejoint le groupe des admis lors de la publication de premières décisions complémentaires en mai.

Lire aussi: 50 candidats admis aux concours de sous-officiers de Gendarmerie sur décisions complémentaires

Mais cette seconde décision vient enrichir la liste des admis en externe de 256 noms supplémentaires. Une excellente nouvelle pour tous les candidats en attente. La totalité des inscrits sur liste complémentaire du concours externe va donc rejoindre une école de sous-officiers prochainement.

Par ailleurs, 30 candidats internes -pour la plupart gendarmes adjoints ou réservistes- figurent également sur une seconde décision d’admission. Ils viennent s’ajouter aux 16 déjà admis lors d’une première décision en mai dernier. Après ces deux décisions, il reste encore 342 candidats internes au concours de sous-officier sur liste complémentaire.

Lire aussi: Qui sont les 2545 lauréats du concours sous-officier d’octobre 2019?

Télécharger (PDF)

Télécharger (PDF)

L’Essor leur souhaite pleine réussite dans leur engagement.

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. Retraité

    A l’éternel débat interne ?, faut-il – d’une manière générale – ?, servir d’abord en gendarmerie mobile… ?

    • retraité

      Est-il plus aisé aujourd’hui qu’hier (plusieurs dizaines d’années) de solliciter de quitter par exemple la gendarmerie départementale pour exercer ensuite en gendarmerie mobile ?

      Le CSA en gendarmerie (changement de subdivision d’arme) dans ce sens a-t-il ou va-t-il évoluer ?

      Demain, devra-t-on d’abord servir par exemple en gendarmerie départementale quelques années avant d’avoir la possibilité d’exercer en gendarmerie mobile ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.