dimanche 25 février 2018
Accueil / Vie des personnels / Association gendarmes et citoyens : l’âge de raison
Intervention du colonel Arviset, secrétaire général du CFMG, lors de l'assemblée générale d'AG&C (MG/L'Essor)
Intervention du colonel Arviset, secrétaire général du CFMG, lors de l'assemblée générale d'AG&C (MG/L'Essor)

Association gendarmes et citoyens : l’âge de raison

Tenir l’assemblée générale d’Association gendarmes et citoyens (AG&C) à la direction générale de la Gendarmerie constitue “un symbole” après une année “exceptionnelle tant les avancées sont nombreuses”. 

Thierry Guerrero, le président d’association gendarmes et citoyens, ne cachait pas sa joie vendredi 2 février lors de l’AG de l’association, reconnue comme Association professionnelle nationale de militaires (APNM) par le ministère de la Défense. De fait, le contraste est saisissant entre les débuts d’AG&C et aujourd’hui.

Lire aussi sur L’Essor: Publication de la liste officielle des APNM déclarées au ministère de la Défense

Ordre de démission

Il y a dix ans, en avril 2008, le dépôt des statuts de l’association “Forum gendarmes et citoyens“, émanation du forum Internet éponyme, avait entraîné une réaction brutale de la direction générale de la Gendarmerie. Le directeur, le général Guy Parayre, avait ordonné à tous les gendarmes d’active membre du conseil d’administration d’en démissionner aussitôt. L’affaire avait été portée devant les tribunaux et les militaires sont rentrés dans le rang.

Le major général, le général de corps d'armée Christian Rodriguez, avec le conseil d'administration d'AG&C (MG/L'Essor)
Le major général, le général de corps d’armée Christian Rodriguez, avec le conseil d’administration d’AG&C (MG/L’Essor)

Vendredi 2 février 2018, le ton a changé. Le major général de la Gendarmerie, le général d’armée Christian Rodriguez, participait au buffet organisé juste avant l’AG avant de se prêter au jeu des photographies avec le conseil d’administration.

Pendant l’assemblée générale elle même, le directeur des opérations et de l’emploi ainsi que le colonel Bruno Arviset, secrétaire général du CFMG, ont félicité la trentaine de participants présents des bonnes relations entre la direction et l’association.

Bref, de l’eau a coulé sous les ponts et AG&C revendique aujourd’hui sa “grande maturité”, manière de répondre au directeur général, le général d’armée Richard Lizurey, qui estimait en octobre 2016 que les APNM n’avaient “pas encore dépassé la phase de rébellion pour entrer dans une phase adulte de construction”.

“On peut tout dire mais avec courtoisie”

Les désaccords existent encore, mais, comme le précisait le colonel Arviset à l’assemblée générale, “nous ne sommes pas obligés d’être d’accord sur tout, mais il suffit de le dire avec courtoisie”. L’officier estime qu’AG&C a “eu l’intelligence de signer la charte des associations” et  de tisser des liens avec la direction générale”.

En plus des rencontres informelles, le directeur général a en effet reçu deux fois cette année les responsables de l’APNM, en juillet et en octobre.

Lire aussi sur L’Essor: AG&C anticipe la future loi sur les APNM et adopte de nouveaux statuts

De son côté, l’association se voit en complément de la chaîne de concertation. “La concertation ne nous gêne pas. Nous pensons qu’elle fonctionne correctement dans 90% des cas mais nous sommes là pour les 10% restants”, explique Thierry Guerrero.

“Joker médiatique”

Assemblée générale de l’APNM Association Gendarmes et citoyens, le 2 février à la direction générale (MG/L’Essor).

Ce rôle complémentaire se manifeste également dans la manière d’aborder les problèmes d’AG&C. “Lorsque nous sommes saisis par un gendarme, notre premier réflexe est d’appeler le conseiller concertation local” explique Thierry Guerrero, président de l’association. Il assure conserver par ailleurs sa liberté de parole: “nous avons notre indépendance médiatique et gardons le joker média si cela ne fonctionne pas”.

Avec un peu moins d’un millier d’adhérents, AG&C n’a pas encore rempli les critères lui permettant d’être reconnue représentative pour la Gendarmerie. “Le quota est atteint pour les sous-officiers et presque atteint pour les gendarmes adjoints. Pour les officiers, c’est plus difficile”, reconnaît un responsable de l’association qui assure qu’AG&C sera reconnue représentative en 2019.

Matthieu GUYOT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *