vendredi 22 janvier 2021
Accueil / Articles abonnés / L’Essor : 85 ans d’indépendance au service de la communauté (3e partie)
L’Essor est unique, utile, en bonne santé... Parce que ses racines sont anciennes et solides !
L’Essor est unique, utile, en bonne santé... Parce que ses racines sont anciennes et solides !

L’Essor : 85 ans d’indépendance au service de la communauté (3e partie)

Comment une entreprise privée, civile, modeste (moins de 10 salariés), peut-elle s’identifier aussi bien à l’Institution de la Gendarmerie, tout en étant 100  % indépendante de celle-ci  ? La réponse à cette question souvent posée se trouve dans l’histoire de ce journal. L’Essor a accompagné chaque moment important de l’Arme. Pour dire ce qui n’était pas dit, pour soutenir ce qui n’était pas encore accepté et même pour révéler, parfois, ce qu’on voulait cacher aux personnels de la Gendarmerie.

Ainsi, l’indépendance de notre journal nous permet de traiter tous les sujets. Une liberté de ton qui peut déranger ou agacer en haut lieu, mais qui garantit une information fiable sur la Gendarmerie. Troisième partie de notre dossier paru dans le numéro 548…

Crise des Gilets jaunes

En octobre 2018 éclate en France un mouvement social inédit, les Gilets jaunes. Rapidement, le niveau de violence des manifestations atteint des sommets. Si les débordements parisiens ont marqué les esprits, la Gendarmerie en a pris sa part.

Illustration (Photo : G.Thierry/L’Essor).

Deux événements sortent du lot. D’abord, le saccage et l’incendie du peloton d’autoroute et du péage de Narbonne-Sud. Face à l’invasion de la foule déchaînée, les gendarmes ont dû fuir les lieux avec armes et documents. L’autre est moins violent mais plus symbolique  : il s’agit des coups de poing assénés à des gendarmes mobiles par l’ancien boxeur Christophe Dettinger sur la passerelle Senghor, à Paris. Nous avons interrogé les gendarmes impliqués et largement couvert les suites judiciaires de ces débordements. Aussi, tout au long de la crise, nous avons publié les chiffres de l’usage du controversé Lanceur de balles de défense, des blessures subies par les gendarmes, et des mises en cause de ces derniers.

Ces trois indicateurs ont montré la très grande retenue et le professionnalisme des militaires de l’Arme.

Les sanctions

Convaincus que pour résoudre un problème, il faut être capable de le regarder en face, nous n’hésitons pas à parler des gendarmes qui franchissent la ligne rouge. Fort heureusement, cela n’arrive pas souvent ! Mais dans une institution de plus de 100 000 personnes, certains commettent évidemment des fautes, parfois graves, qu’il convient de ne pas cacher. Rien de plus malsain en effet que la défense coûte que coûte de comportements déviants, à l’instar de ce que peuvent pratiquer les syndicats de Police les moins responsables.

De la même manière, nous n’hésitons pas à mettre en cause la hiérarchie de l’Institution lorsqu’elle est en tort. Par exemple, lorsqu’elle cautionne les agissements de la présidente de l’Association d’aide aux membres et familles de la Gendarmerie (AAMFG), qui vaudront à Murielle Noël une condamnation pour harcèlement moral envers un commandant de compagnie. A l’occasion du procès, les magistrats jugeront sévèrement la hiérarchie. Seuls les lecteurs de L’Essor en auront entendu parler.

Dissolution d’unités

Le 31 janvier 2011, le commandement de l’escadron 11/3 de Rennes rassemble les 12 gendarmes présents sur les 104 militaires de l’escadron, et leur annonce que l’unité sera dissoute en septembre. C’est par téléphone et sur leur lieu de vacances que les autres apprendront la nouvelle, d’autant plus inattendue que l’escadron est en repos car il revient d’une mission de six mois en Afghanistan brillamment réussie. L’unité fait partie des 15 escadrons dissous sous Nicolas Sarkozy.

Malgré notre publication des témoignages de sous-officiers abasourdis par cette mesure injuste, le gouvernement restera inflexible.

L’Essor et l’affaire Benalla

Alexandre Benalla (Photo : capture écran Sénat).

Le 1er mai 2018, Alexandre Benalla, un jeune chargé de mission à l’Elysée encore inconnu, interpelle deux manifestants, place de la Contrescarpe, à Paris. Deux mois et demi plus tard, la révélation de son identité et de sa fonction par Le Monde va lancer le feuilleton médiatique de l’été.

L’onde de choc atteindra la Gendarmerie lorsque sera révélé le statut de réserviste spécialiste de l’Arme du jeune homme, et son implication dans la sécurité présidentielle.

Nous avons évidemment couvert cette affaire largement, tant sur notre site Internet que dans ces pages. L’Essor fera œuvre de pédagogie pour expliquer au grand public les différents statuts de réservistes, et racontera largement les auditions de la commission d’enquête sénatoriale ainsi que, en avant-première, les nominations lors de la réorganisation en une seule entité du Groupe de sécurité de la présidence de la République et du commandement militaire de l’Elysée.

Lire aussi: Comment la Gendarmerie a tiré les leçons de l’affaire Benalla

Notre dernier article date de septembre 2020. Il révèle que la Gendarmerie, en appliquant les préconisations des sénateurs, a bien tiré les leçons de cette affaire. L’Institution a en effet mis en place deux commissions chargées de contrôler les recrutements dans la réserve opérationnelle des spécialistes et dans celle de la réserve citoyenne.

Quatre écoles ferment leurs portes : L’Essor donne la parole
aux principaux concernés

La révision générale des politiques publiques (RGPP) n’a pas touché les seuls escadrons de gendarmerie mobile. En 2008, le ministère de l’Intérieur annonce la fermeture des écoles de gendarmerie de Montargis (Loiret), du Mans (Sarthe), de Châtellerault (Vienne) et de Libourne (Gironde). Nous avons évoqué ces disparitions avec les gendarmes et les maires de communes concernées.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.