mercredi 27 janvier 2021
Accueil / Articles abonnés / Femmes gendarmes : la longue marche
Sur la route pour des contrôles ou aux Invalides pour des cérémonies, les femmes gendarmes ont désormais leur place aux côtés de leurs camarades masculins (Photo : M.Guyot/L'Essor).
Sur la route pour des contrôles ou aux Invalides pour des cérémonies, les femmes gendarmes ont désormais leur place aux côtés de leurs camarades masculins (Photo : M.Guyot/L'Essor).

Femmes gendarmes : la longue marche

Les femmes gendarmes étaient 1 % en 1983. Fin 2019, elles dépassent les 20 %. Les 25 premières femmes sont arrivées en Gendarmerie en 1972. Elles sont aujourd’hui 21.078.

“Aujourd’hui, la Gendarmerie ne pourrait plus se passer des femmes“, confie un cadre de la direction de l’Arme. Il a pourtant fallu attendre près de six siècles pour voir les premières femmes rejoindre la Gendarmerie.

Peut-on être femme et gendarme ?

Le cheffe d’escadron Sylvie Clément publie, dans le dernier numéro de la Revue historique des Armées, un article passionnant. il s’intitule “Peut-on être femme et gendarme ?”. Cette officière de 46 ans connaît bien les donnés du problème. Et pour cause. Elle a vingt ans de Gendarmerie et elle est référente nationale suppléante “égalité et diversité”.

Dans son article, elle souligne que “la femme militaire est un sujet social récent. Il s’est construit sur de nombreuses restrictions et interdictions”.

Les équipages de sous-marins et la gendarmerie mobile (pour les sous-officières), rappelle-t-elle, sont les deux derniers bastions, tombés il y a quatre ans dans les Armées et la Gendarmerie. Pour la mobile, c’est le général Denis Favier (DG de 2013 à 2016) qui lancera cette étape “très importante “. Les femmes sont désormais des moblots à part entière. Une sous-officière a reçu une décoration, le 9 janvier 2020, aux Invalides. Pour sa participation au maintien de l’ordre lors des manifestations de Gilets jaunes, elle a obtenu la médaille de la Sécurité intérieure. Au GIGN, il y a actuellement 28  femmes sur un total de près de 400  gendarmes.

La Gendarmerie bonne élève pour intégrer les femmes

Sylvie Clément relève que les premiers bastions étaient tombés à l’Ecole des officiers de Melun, en 1987. Deux femmes furent intégrées, dont la future générale de division Isabelle Guion de Méritens.

“ Au fil du temps, commente pour L’Essor la cheffe d’escadron Clément, la Gendarmerie a été une bonne élève pour intégrer les femmes. Pour autant, dit-elle, il n’y a pas eu de rupture du jour au lendemain. Et il y a encore beaucoup de progrès à faire !” Elle ajoute : “Plus il y aura de femmes dans l’encadrement supérieur, plus cela va bouger en termes d’identité professionnelle.

En 2020, il y a seulement trois officières générales sur un total de 117 généraux. La colonelle Florence Guillaume est par ailleurs la première femme à rejoindre, en septembre 2019, le Centre des hautes études militaires (CHEM), antichambre des postes à haute responsabilité dans l’Arme, et synonyme d’étoiles quelques années plus tard.

La sociologue de la DGGN estime que “les vrais changements arriveront dans une quinzaine d’années”. Tout en remarquant que les femmes quittent l’Arme plus rapidement que les hommes.

En 1992, L’Essor interrogeait des jeunes femmes gendarmes. L’une d’elle expliquait : “Si la féminisation est parfois mal perçue, c’est parce que nos collègues masculins ont la crainte de nous voir prendre les bonnes places, parce que nous sommes souvent plus motivées, que nous travaillons bien, que nous apprenons mieux…

Ne les appelez plus gendarmettes

Il faut dire qu’à cette période les femmes, généralement cantonnées à des tâches administratives, étaient très peu déployées sur le terrain et communément désignées par la presse sous le terme familier et plutôt péjoratif de “gendarmettes “. Popularisé en 1982 par “Le Gendarme et les Gendarmettes“, sixième et dernier film de la série “Le Gendarme de Saint-Tropez“, cette appellation perdurera dans la presse. La très sérieuse Agence France-Presse (AFP) l’utilisera pour la dernière fois en janvier 2012. Cinq mois avant le meurtre d’Alicia Champion et d’Audrey Bertaut, deux sous-officières tuées par balles le 17 juin 2012 à Collobrières (Var), les femmes étaient bien devenues des gendarmes comme les autres.

Le général Favier a “su donner une impulsion très forte” à l’intégration des femmes. C’est ce que dit à L’Essor la colonelle Karine Lejeune, quatrième génération de gendarmes dans sa famille et commandant le groupement de l’Essonne. Mariée, 44 ans, deux enfants, elle est l’une des quatre femmes à diriger actuellement un groupement (92) en Métropole.

Lire aussi: La Gendarmerie promeut sa troisième officière générale, Patricia Boughani

Lorsque le poste de porte-parole de la Gendarmerie a été créé, la colonelle Lejeune fut désignée. Elle assure n’avoir pas rencontré de “problèmes notables” en tant que femme en Gendarmerie.

Une femme un jour à la tête de la Gendarmerie ?

La lieutenante-colonelle Maddy Scheurer, 41 ans, a succédé à la colonelle Lejeune au poste de porte-parole. Mariée avec un gendarme, mère de trois enfants, elle se “sent bien en Gendarmerie, qui lui a fait confiance”. Elle dit à L’Essor apprécier “la prise en compte individualisée” des situations, et assure, après vingt-deux ans dans l’Arme, que “les choses ont vraiment changé”.

Dans la Revue historique des Armées, la cheffe d’escadron Sylvie Clément termine ainsi son article : la féminisation “est à la fois trop récente et encore trop peu représentative pour pouvoir être considérée comme une véritable intégration”.

La colonelle Lejeune, elle, relève que les “femmes ont peu à peu fait tomber les bastions“. Et d’ajouter : “Une femme à la tête de la Gendarmerie  ? Pourquoi pas  ? Je l’espère.”  

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.